600 emplois sur les Bassins à Flots: il faut s’engager maintenant !

Après des mois et des mois de combat, la nouvelle est tombée et c’est une très bonne nouvelle: les formes de radoub des Bassins à Flots de Bacalan pourront à nouveau faire vivre l’industrie sur Bordeaux. Une nouvelle dont s’est félicité Vincent Maurin, conseiller municipal communiste et conseiller communautaire à la CUB. Mais le candidat du Front de gauche aux législatives a insisté sur la disponibilité et la mobilisation dont l’Etat et les collectivités doivent faire preuve pour permettre à ces projets de se concrétiser. C’est à dire d’aider à la création de 150 à 600 emplois industriels au coeur de la CUB.

Nous accueillons avec satisfaction l’annonce du dépôt de deux projets pour installer une activité de réparation navale sur le port de Bordeaux et notamment sur les Bassins à Flots de Bacalan. Ce dénouement est notable, au regard des multiples conditions que le maire de Bordeaux n’a cessé de poser afin d’empêcher puis de limiter ce qu’il a toujours considéré comme un obstacle à la promotion immobilière, à la promenade touristique et au business.

Malgré les obstacles mis par Alain Juppé, l'industrie pourra de nouveau s'implanter à Bacalan. La conférence bancaire locale doit maintenat jouer son rôle: pousser les banques à financer l'économie créatrice d'emplois.

Deux projets très sérieux ont donc été déposés auprès du Port de Bordeaux. Les élus de Bordeaux et de la CUB doivent maintenant tout mettre en œuvre pour que ces projets portant la création de 150 à 600 emplois voient le jour. Les formes de radoub sont appelées à jouer un rôle essentiel pour la renaissance d’une activité industrielle sur Bacalan. Il s’agit d’une réponse positive à la mobilisation des citoyens, des élus locaux, des associations et d’acteurs économiques bordelais. Si ce projet va jusqu’au bout, ce sera un acte concret montrant que la réindustrialisation dont tout le monde parle dans cette année électorale, peut ne pas rester qu’un slogan de campagne. Ce serait aussi une première entorse à la simple vision d’un développement économique Bordelais uniquement axé sur le commerce et le tertiaire.

La réfection du site nécessite des financements importants. Rien ne saurait justifier que l’on retarde la mise en place de cette activité. Nous appelons donc tous les acteurs à leurs responsabilités. L’Etat d’abord qui, via le Grand Port de Bordeaux doit dégager les moyens nécessaires à la mise en état des installations existantes. L’Europe ensuite, qui doit être mobilisée via les Fonds FEDER. Les collectivités locales enfin qui pourront contribuer à cette réussite à l’occasion d’une conférence bancaire locale dont l’un des objectifs devra être la promotion de l’emploi industriel.

 

L’article de Sud-Ouest détaillant les deux projets présentés:

http://www.sudouest.fr/2012/03/06/bassins-a-flot-des-propositions-651073-706.php 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *