10% de moins sur la facture. Voilà le chemin du vrai service public

C’est la répercussion qu’aura la renégociation des contrats de l’eau et de l’assainissement sur nos factures dès 2013. Un résultat dont s’est félicité Max Guichard, au nom du groupe communiste. Résultat d’autant plus important que toutes les factures d’énergie augmenteront (voir la pétition des parlementaires du Front de gauche). Un bon début pour la mise en régie de ces services publics essentiels.

Par son vote en juillet 2011, le conseil de CUB s’est engagé à un passage progressif en régie des services de l’eau et de l’assainissement sur l’agglomération.

Cet avenant n°9 au traité de concession du service public de l’eau potable, n’ayons pas peur des mots, est un acte historique, notamment en regard du contrat décidé en 1992, baptisé alors par les élus communistes : « contrat du siècle » au seul bénéfice du groupe délégataire.

En effet, nous avons assisté là à deux décennies de spoliation des usagers, y compris de la CUB, certes à un degré moindre avec les derniers avenants obtenus. Mais ces avenants ne permettant pas de modifier fondamentalement la structure de la facture, nous restions dans une démarche capitalistique toujours au profit du délégataire.

Aujourd’hui, c’est cette démarche qui est profondément remise en cause, amenant ainsi une réduction de plus de 10 % de cette facture pour l’ensemble des usagers individuels, donc des ménages. 10% c’est exactement ce que le délégataire s’était mis dans les poches dès les mois suivants la signature du contrat de 1992.

Nous apprécions donc ce résultat, qui plus est en temps de crise sociale toujours plus insupportable pour nos concitoyens. Résultat dû à une négociation particulièrement importante menée par nos services et les élus. Cette négociation a pu être d’autant plus efficace qu’elle s’est s’appuyée sur les multiples actions menées par les usagers, associations, élus, syndicats.

Ce travail considérable aura été mené jusqu’au bout pour permettre à la totalité des ménages de bénéficier de cette baisse de facture, notamment des usagers les plus fragiles, par une éco-conditionnalité qui sera imposée aux bailleurs sociaux pour accélérer le déploiement de dispositifs hydro-économes dans leurs parcs de logements sociaux. Ainsi, si l’on ajoute l’avancée obtenue dans le cadre de la DSP assainissement, nous pouvons arriver à une baisse significative de la facture annuelle des ménages.

Mais cet avenant va plus loin, car il marque de façon irréversible notre engagement de mise en régie de l’exploitation et gestion de l’ensemble de notre politique eau et assainissement vers 2018 : en introduisant le principe d’une maîtrise d’ouvrage communautaire sur certains investissements structurants ; en encadrant et planifiant la transition vers le futur mode d’exploitation du service ; par le rôle de l’autorité organisatrice de la CUB dans le cadre d’une gouvernance rénovée affirmée, notamment au travers d’un contrôle structuré des usagers – associations et élus ; enfin, par l’évolution de la tarification du service cherchant à concilier la solidarité et le droit à l’eau tout en incitant les usagers les plus importants à la préservation de la ressource par une maîtrise des consommations.

Pour matérialiser cette démarche, visible et encore une fois irréversible, vers la régie, l’avenant impose l’usage d’une nouvelle marque publique et commune au service de l’eau et de l’assainissement  : « L’EAU DE LA CUB »

Alors, sans aucune hésitation, le groupe des élus communistes et républicains de la CUB fait sien cet avenant, fait sienne cette politique de l’eau nouvelle et ambitieuse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *