Adieu voitures, bonjour gratuité ?

Évoquée depuis de nombreuses années, la mise en place sur Bordeaux-centre de zones à circulation restreinte (ZCR) rentre dans une nouvelle phase, avec le lancement d’études de préfiguration. Au nom du groupe communiste, Max Guichard a donné son appréciation sur le plan « Ville respirable en 5 ans » adopté par le conseil de métropole. Et précisé que faire reculer la voiture ne pourrait se faire qu’en passant un cap sur les modes de transports alternatifs et en acceptant par exemple de parler de gratuité…

Photo Sud-Ouest

Bordeaux-Métropole participe depuis fort longtemps, avec beaucoup d’associations notamment, à la mise en place d’actions de lutte contre la pollution atmosphérique. Ces actions ne vont pas parfois sans quelques contradictions. Nous avions dénoncé ici celle qui consistait à voir apparaître dans un appel à projets « Ville durable », la création de gares routières pour accueillir les bus Macron. Sacré contradiction quand on voit dans le même temps les difficultés rencontrées par le transport ferroviaire, régional notamment.

Pour revenir à cette délibération, disons d’abord que l’étude de zones à circulation restreinte (ZCR) semble devenue inévitable, au regard de la pollution atmosphérique mais également au regard de la pression démographique sur notre agglomération. Cela ne signifie pas que nous accepterons que ces zones se traduisent par des zones d’exclusion sociale au cœur de la ville centre.

Il nous faut donc trouver des modalités locales et législatives qui nous permettent que ces zones nécessaires ne se traduisent pas en dégradation de vie pour le plus grand nombre. Eviter cela, c’est d’abord offrir des alternatives réelles en termes de transports en commun. Notre métropole a sur ce sujet accomplis de nombreux efforts. Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres ; les extensions de lignes de tramways sur lignes simples ne sont par exemple pas au niveau qu’exigerait la réponse aux besoins des populations concernées ; et des projets d’intérêt général comme la rénovation de la ligne de ceinture ferroviaire ont pris beaucoup trop de retard.

Nous serons donc vigilants à la poursuite d’un engagement financier massif sur les transports en commun, sans quoi ces zones à circulation restreinte se traduiront par une zone d’exclusion. Pour cette raison nous faisons aussi la proposition que, dans le cadre de ce projet de ville respirable, soit mise en place une gratuité des transports sur la zone intra-boulevards comme cela s’est fait dans la ville de Portland, aux Etats-Unis. Par le passé, je faisais souvent référence à la ville d’Aubagne pour parler gratuité mais on me répondait qu’elle était beaucoup plus petite que Bordeaux. Il y a plus de 600 000 habitants à Portland et, pour vous rassurer monsieur le président, je ne crois pas qu’elle était dirigée par un maire communiste… En tous cas, la mise en place de cette zone de gratuité en même temps que la réflexion sur la zone de restriction de circulation permettrait alors d’allier efficacité sociale et environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *