BAHIA. Le conseil de métropole vote à l’aveugle !

Le conseil de métropole de ce 24 novembre était saisi d’une demande de modification du PLU sur la route de Toulouse, pour y laisser se développer le projet BAHIA, de rapporchement de l’hôpital Robert-Picqué avec la fondation Bagatelle. Projet au sujet de laquelle le conseil de métropole avait voté une motion, en mai dernier. C’est pourtant sans éléments tangible et sans avoir démontré « l’intérêt général » que le conseil de métropole a voté le processus de modification du PLU. Les élus-es communistes s’y sont opposés. Pour les associations et citoyens-nes, la bataille continue pour le développement de l’offre de soin, via notamment la concertation publique qui doit maintenant s’ouvrir. Voici l’intervention d’Odile Blein sur ce sujet :

Tout d’abord, cette délibération ne rappelle pas que notre conseil a voté à l’unanimité une motion demandant le développement de l’offre publique de soins sur le Sud de l’agglomération. Développement en particulier sur le site de Robert-Picqué qui semble, du point de vue du foncier disponible, du caractère public de celui-ci et du point de vue urbanistique, le plus a-même à recevoir cette fusion. Une motion votée en mai dernier. Aucun élément n’a été depuis porté à la connaissance de cette assemblée permettant d’affirmer, comme le fait le délibération proposée, que le projet BAHIA porte « un intérêt général avéré ».

Au contraire, les réunions publiques ont été très tendues et les associations de défense de cet hôpital font le constat d’une opacité totale sur un projet qui semble faire la part belle à la fondation Bagatelle et à des projets immobiliers dont il n’est pas même fait état. Aucune annexe, aucune présentation même sommaire, du projet, de ses capacités en nombre de lits, de personnels, de structure. Rien non plus sur ses impacts sur l’environnement, le patrimoine et la circulation dans le secteur. Tout juste faut-il se contenter de formules comme « portées par la conjoncture actuelle, les deux structures on décidé d’unir leurs moyens afin de catalyser la qualité de leur offre de soin et optimiser la performance de leur fonctionnement »… Si quelqu’un comprend…

La question de l’offre de santé est un sujet grave, quand on considère l’état de délabrement de l’hôpital public dans notre pays et les enjeux démographiques de notre agglomération qui sont eux, en revanche bien posés par la délibération. Pour notre part, rien n’est venu contredire notre conviction que le site de Robert-Picqué est mieux équipé pour recevoir un tel projet. Pour l’anecdote, un document produit par la fondation Bagatelle dont nous avons eu connaissance, affirme que son site est performant du point de vue des déplacements puisque « situé près des lignes de bus et de pistes cyclables »… Oui, messieurs les maires de Bègles, Talence et Villenave, c’est bien de la route de Toulouse que l’on parle…

Etant donnés l’ensemble de ces éléments, nous demandons le retrait de cette délibération afin d’exiger que les porteurs du projet BAHIA présentent l’ensemble des éléments nécessaires aux élus-es pour une décision aussi importante que la modification du PLU. C’est d’ailleurs ce que la commission d‘accès aux documents administratifs (CADA) a répondu au collectif « Santé, un droit pour tous ». Ce que cette commission a exigé de l’Etat, nous devrions l’exiger pour les élus-es locaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *