Bordeaux devra revoir sa copie: 25% de logements sociaux ne suffiront pas à refaire le retard !

Un projet de construction de logements sociaux retoqué par le conseil de CUB, ce 28 juin. C’est rare mais c’est le résultat de l’intervention des élus communistes puis Verts, concernant un opération prévue à Bordeaux Bastide en VEFA, avec seulement 25% de logements sociaux à quelques pas du tramway. Voici l’intervention de Jean-Claude Galan.

Comme nous l’avons fait pour les demandes de garanties pour des ventes en l’état futur d’achèvement (VEFA) contenues dans d’autres délibérations, nous voterons contre cette délibération. Mais elle nous permet d’expliquer une fois encore notre position sur ces opérations de rachat en VEFA.

Ce cas est d’ailleurs emblématique. Le terrain que vous nous proposez de céder deviendra la propriété d’une filiale du groupe Pichet qui y construira 48 logements. Et, pour faire bonne figure, le groupe Pichet en cédera 12 à une société HLM.

A quel prix, nous ne le savons pas ? Pour quels types de logements sociaux ? Nous l’ignorons aussi.

Ces opérations en VEFA, dont le bilan 2012 de production de logements sociaux nous a confirmé qu’elles ne réduisaient pas le coût de construction de ceux-ci, servent en réalité un objectif essentiel : la maîtrise des coûts salariaux des sociétés d’aménagement HLM. Transférant les charges liées à la construction sur d’autres, ces sociétés se servent, comme l’écrivent les sites de conseil en immobilier, des VEFA comme d’une « variable dajustement pour maintenir des moyens humains constants ».

Mais cette pratique a un coût : ce ne sont plus les opérateurs HLM – et encore moins les collectivités – qui maîtrisent les aménagements qu’ils seront sensés gérer. Cette pratique n’est pas acceptable.

Et j’ajoute que se situant sur Bordeaux, ville fortement déficitaire en logements sociaux, ce terrain devrait en accueillir bien plus que 25%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *