Ca bouge contre le privatisation !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les élus-es communistes sont allés ce mardi soir à la rencontre des agents de la collecte de Bordeaux-centre. A l’heure de l’embauche (21h), les discussions étaient vives parmi cette cinquantaine d’agents qui œuvrent chaque nuit dans les rue de ce qu’on appelle l’hyper-centre.

Jacques Padie, Claude Mellier et Max Guichard étaient venus apporter leur soutien à ces agents dont le travail est reconnu par la population mais qu’Alain Juppé a malgré tout décidé de livrer au privé. Mais ils étaient aussi venus écouter ce que ces agents avaient à dire. Avant le comité technique du 16 octobre, une délégation a en effet été reçue par Bordeaux Métropole et a fait des propositions d’amélioration du service. Mais ils ont eu le sentiment de parler dans le vide…

Voici ce qu’ils disaient dans un récent communiqué:

Les agents estiment qu’une administration responsable se doit de les écouter et non pas susciter un affrontement, les provoquer à faire grève.

Pour cela, ils formulent les propositions suivantes (seules sont citées ici les principales d’entre elles) :

– Redéployer partout où cela est possibles des dispositifs collectifs de collecte (bacs de proximité et bornes enterrées), y compris de collecte sélective, alléger les soucis des riverains, encourager l’écocitoyenneté, libérer les voies des obstacles pour les handicapés.

– Rétablir des horaires de collecte plus adaptés, en particulier en fin de semaine.

– Créer un secteur de « rues barrées » sur l’hyper-centre.

– Rattacher enfin le service de propreté à la Direction de la Collecte et du Traitement des déchets et de la Propreté, disposition de simple logique, pour une meilleure coordination des interventions.

– Régler les problèmes d’incivisme non pas à l’aveugle, mais par des mesures réellement adaptées. A ce propos, les agents ne comprennent pas que les bacs à couvercle jaune, réservés aux professionnels aient mystérieusement disparu petit à petit… Il faut rétablir ce type de bacs différenciés.

– Éventuellement, si cela s’avère vraiment nécessaire, mettre en place une collecte en régie directe le dimanche, sur la base du volontariat (principe identique à celui dont usent les sociétés privées). Les représentants syndicaux des agents ont déjà fait part de cette dernière proposition à l’administration. Celle-ci l’a balayée d’un revers de main (« nous avons de toutes façons décidé d’externaliser »), ce qui est très révélateur du mode de fonctionnement de certains élus, quoi qu’il en coute au contribuable.

Pourquoi ne pas entendre ces propositions ? Pourquoi vouloir à tous prix « expérimenter » le privé ? Pour les élus-es communistes, il y a évidemment une logique, qui prend sa source dans l’obsession de la réduction des dépenses publiques et dans la mise en concurrence à tous crins. Sauf qu’en l’occurrence, le service privé ne coûtera pas moins cher que le public. Pour l’instant, en tous cas…

Les agents de la collecte ont donc décidé d’accepter la proposition du syndicat Sud de déposer un préavis de grève. Beaucoup ne veulent pas en arriver là mais tous veulent pousser la direction de la métropole à accepter la négociation et le préavis est un outil pour cela.

Nous demandons que l’administration de Bordeaux-métropole quitte sa posture politique autoritaire actuelle et qu’elle accepte de discuter sérieusement des propositions ci-dessus et de toutes autres qu’ils pourraient faire dans le cadre d’une négociation apaisée.

Ils obtiendront pour cela le total soutient des élus-es communistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *