Castéja: un opportunité à saisir pour le logement social

Interpellés par l’association droit au logement (DAL) sur la situation des mal-logés à Bordeaux, Max Guichard et Vincent Maurin répondent et interpellent à leur tour le maire de Bordeaux et le président de la CUB: les efforts pour le logement social doivent être démultipliés. Pour ce faire, il faut utiliser au mieux la loi Duflot. En notant l’immense opportunité que constituent les bâtiments, idéalement situés, de l’ancien commissariat Castéja à Bordeaux. Loin des opérations juteuses pour le privé, ces terrains peuvent et doivent être entièrement consacré au logement pour tous !

Comme lensemble des principaux élus de lagglomération et de la région, nous avons récemment été interpellés par lassociation Droit au logement (DAL) concernant les possibilités de mise en œuvre immédiates des outils de la loi Duflot sur le logement social. Nous sommes dautant plus sensibles à cet appel que nous avons demandé, lors des deux récents conseils de CUB (1) que les outils nés de cette loi soient rapidement utilisés pour permettre à la CUB de répondre aux exigences sociales en termes de logement. Cela concerne laugmentation du nombre et de la part de construction de logements sociaux, la possibilité de réquisition des logements vides et le rachat avantageux de terrains de létat afin de construire des logements sociaux. Et nous constatons avec plaisir que nos interventions ont déjà permis de faire passer le taux de logements sociaux à 35%dans certaines opérations, comme Euratlantique. Mieux, les premiers documents du PLU évoquent le taux de 40% exigibles dans toutes les opérations de construction sur la CUB. Ces ambitions doivent être confirmées, notamment dans les grandes opérations bordelaises en cours à Bastide-Niel ou Ginko.

De plus, nous avons récemment appris que les opérations immobilières juteuses que la mairie de Bordeaux envisageait sur le terrain de lancien commissariat Casteja, seraient confrontées à des difficultés juridiques. Quelle opportunité ! Ces terrains, situés dans un secteur fortement déficitaire en logements sociaux, peuvent et doivent y être entièrement consacrés!

A Bordeaux comme sur l’ensemble de la CUB, la loi Duflot doit devenir autre chose qu’un énième outil de défiscalisation. Il faut s’en servir pour atteindre enfin l’objectif d’un logement accessible pour tous.

Pour avoir souvent interpellé le maire de Bordeaux sur ce sujet, nous connaissons davance sa réponse :« pas de concentration, pas de ghettos sur Bordeaux ! » Monsieur Juppé sait pourtant quun loyer de 600 euros pour un T3 est inaccessible à 65% des ménages de lagglomération. Combien des logements sortis de ses grandes opérations daménagement répondent à ce critère ? Nous le disons avec force : ceux qui créaient aujourdhui des ghettos, ce sont ceux qui excluent du centre-ville 65% ou plus des habitants de lagglomération.

Et que dire des plus exclus, ceux qui par exemple squattent un immeuble rue Thiac et auxquels il nest apporté aucune réponse ? Leur répondre, cest trouver des solutions durgence. Mais cest aussi revisiter toutes les grandes opérations bordelaises afin dy élever le nombre de logements sociaux (PLUS) et très sociaux (PLAI).

Voilà à quoi devrait travailler le maire de Bordeaux. Voilà à quoi doit aussi pousser le président de la CUB, Vincent Feltesse, afin que la loi Duflot ne reste pas simplement dans l’histoire comme celle qui aura créée l’énième outil de défiscalisation en faveur des investisseurs. Nous pensons qu’elle porte en elle des potentialités de justice sociale et d’innovation pour nos villes. Il faut les mettre en œuvre très rapidement.

Nous affirmons donc notre pleine solidarité avec les mal-logés dont le DAL 33 défend aujourd’hui la cause. Et nous appelons les citoyens à interpeller leurs élus afin que la politique du logement soit réellement une politique du logement pour tous !


Vincent Maurin,

Président du groupe des élus communistes de Bordeaux.

Max Guichard,

Président du groupe des élus communistes et apparentés à la CUB.

(1) En janvier et novembre

Une réflexion sur « Castéja: un opportunité à saisir pour le logement social »

  1. C’est une très bonne initiative de combat sur une question cruciale comme le logement
    Oui il faut plus de loyer abordable et nécessairement en centre ville pour faciliter le déplacement des gens en grande précarités
    Cette bataille du logement social doit être une priorité de notre action politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *