Collecte des déchets: la privatisation à pas comptés…

Un des aspects les moins contestables du « plan propreté » d’Alain Juppé a été présenté en conseil de métropole, le 24 novembre. Il s’agissait du renforcement des équipes de collectes sur l’hyper-centre. En attendant les autres aspects, qui portent la privatisation du service sur ce secteur. Voici l’intervention de Max Guichard:« Quand je décortique l’intitulé de cette délibération, je cherche toujours quand, dans ce conseil, nous avons eu en main, et donc décidé, d’un plan métropolitain de propreté urbaine. Heureusement, monsieur le Président, vous nous avez assuré qu’il serait présenté lors du conseil du mois de décembre; c’est la moindre des choses.

On s’est à un moment demandé d’il fallait s’attendre à ce que, à l’image de ce qui semble avoir été fait dans votre ville avec le marché d’Urbispark, le marché passé avec une société privée pour la collecte dans l’hyper centre ne soit même pas soumis au vote de notre conseil ? Ce serait évidemment un très mauvais signe.

Pour autant, la délibération présentée aujourd’hui consiste en la création de postes et d’investissements en moyens qui devraient apporter une amélioration dans cette mission de service public. De même que l’action programmée contre les incivilités, même si nous ne sommes pas des adeptes forcenés de la verbalisation. Mais nous espérons bien qu’elle s’accompagne d’une démarche et d’actions de sensibilisations ; la sanction n’étant que le dernier recours de la collectivité.

Enfin, nous réétirons notre totale opposition à la démarche d’externalisation–privatisation dont nous ne comprenons toujours pas l’intérêt, l’efficacité. Nous retenons surtout la formule d’un éboueur de Bègles qui expliquait simplement que cette expérimentation, c’est le loup qui rentre dans la bergerie.

Et ce n’est pas une lettre, même signée de vous monsieur le président, statuant sur le caractère non-évolutif géographiquement de cette privatisation qui va nous rassurer. La logique poursuivie est bien celle de la mise en concurrence, l’idée que le privé, par essence ferait mieux que le public. Une idée d’autant plus pratique qu’elle fait des heureux chez les actionnaires des grands groupes. Cette idée, elle est sûrement comme votre nouvel ami, Monsieur Macron, ni de gauche ni de droite, simplement tout pour la finance.

Tenant compte de tous les éléments contenus dans cette délibération, nous nous abstiendrons, mais une abstention frôlant le vote contre. »

 

2 réflexions au sujet de « Collecte des déchets: la privatisation à pas comptés… »

  1. Bonjour.

    Pourquoi ne pas voter contre ? Je n’ai jamais compris l’abstention. La privatisation du service public est intolérable, dans n’importe quel domaine. L’abstention, personne n’en parlera. Un vote contre argumenté marquerait les esprits . Je me répète donc pourqu’oi ne pas voter contre ?
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *