Collecte et propreté: non à la privatisation !

Le bureau métropolitain de ce 28 septembre a étudié le « plan de propreté urbaine 2018-2020 ». Si celui-ci pose bien les besoins de renforcement de l’action de la collectivité sur la collecte des déchets et la propreté,  il y répond de la pire des manières, en proposant ni plus ni moins que la privatisation du service sur l’hyper-centre. Voici l’intervention de Claude Mellier sur ce sujet:

« Je veux dire d’abord notre surprise de voir ces propositions apparaître sans qu’aucun débat n’ait eu lieu avec les conseillers métropolitains, et notamment avec les membres de la commission Haute qualité de vie.

Ensuite, nous sommes, vous vous en doutez, totalement opposés aux privatisations que vous proposez. Le rapport présenté par ne donne d’ailleurs pas d’argument permettant de préjuger d’une meilleure efficacité d’un service privé comparé au service public. Au contraire, on peut penser qu’il sera difficile de faire mieux que les 80% de taux de satisfaction du service actuel.

Un taux de satisfaction qui n’élude évidemment pas la question des incivilités et les difficultés récurrentes rencontrées dans l’hyper-centre. Ce sont des sujets sur lesquels il faut évidemment poursuivre l’action et peut-être en venir aux solutions de verbalisation qui sont proposées.

Mais c’est avant tout d’investissement et de moyens humains dont les services ont besoin pour répondre à des pressions démographique et touristique galopantes. Il est sûr que cette nécessité rentre en contradiction avec le dogme de la réduction des dépenses de fonctionnement des collectivités locales. Voilà sûrement pourquoi on en vient à des externalisations qui, d’autres privatisations nous en ont donné la preuve, ne coûteront pas moins chères mais ne seront pas directement imputables à notre budget de fonctionnement.

Nous nous opposons à cette logique qui est, pour le coup, idéologique ; qui ne répondra pas mieux aux besoins des populations et qui mettra en concurrence les travailleurs et porte le risque d’un traitement à plusieurs niveaux de nos territoires. »

 

Voir aussi l’article de Rue89 Bordeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *