Contre les inondations: mutualiser les connaissances et renforcer les services publics

Après avoir adhéré au Centre européen de prévention de risque d’inondation (CEPRI), la CUB subventionne cette associationpour l’accompagner dans les recherches locales. Une démarche de mutualisation louable, qui ne doit pas empêcher la CUB de se doter de services internes compétents, a réagit Claude Mellier.Claude Mellier

Nous sommes favorables à la mutualisation des moyens et des connaissances. Il est vrai que depuis la tempête Xynthia, il est nécessaire de se doter d’outils performants, outils que nous apporte le Centre européen de prévention de risque d’inondation (CEPRI): apport d’expertise dans la gestion du risque inondation, intégration du risque inondation dans les documents d’urbanisme, gestion des ouvrages hydrauliques,…. pour autant, cela ne doit pas dispenser la CUB de se doter de ses propres outils, avec les moyens nécessaires pour assumer ses missions.

Cette structure vient en complément des acteurs institutionnels intervenant déjà dans ce champ de compétences (collectivités territoriales, intercommunalités, syndicats intercommunaux…), afin de gagner en cohérence et en coordination, tout particulièrement dans les relations avec l’État. État dont, au passage, nous condamnons l’attitude, qui transfère des compétences aux collectivités tout en diminuant leurs moyens !

D’autre part, nous pensons qu’il peut être intéressant de recueillir les points de vue des habitants et des associations sur leur vision du risque inondation, tant d’un point de vue pratique que démocratique. Aussi, nous nous félicitons que des rencontres soient programmées dans ce sens par notre établissement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *