De sincères voeux de combativité

Le président du groupe des élus communistes et apparentés de la CUB, Max Guichard, formule le voeu d’une année 2012 combative, pour un avenir où les politiques aient le courage de se libérer des contraintes des marchés financiers. Bref, des voeux pour l’humain d’abord !

« Pour être sincères, mes vœux pour l’année 2012 ne peuvent faire abstraction de l’environnement, économique et social marquée par une dictature des marchés financiers qui nous enfonce chaque jour un peu plus dans une crise aux conséquences insupportables. La qualité de vie de nos familles et de nos proches cette année va donc dépendre de notre capacité individuelle et collective à modifier radicalement le rapport entre développement humain et dictature des forces de l’argent.

J’ai pour ma part la conviction que plus aucun compromis à ces forces n’est possible. Les choix faits par nos institutions, notamment à la Communauté urbaine de Bordeaux, restent malheureusement trop souvent enfermée dans des critères de gestion soumis à ce qui a fait la racine de cette crise. Sinon, cet établissement aurait choisit de faire participer plus grandement les entreprises au développement du territoire. Sembler « épargner les forces économiques » en leur appliquant des mesures fiscales favorables, comme l’a fait la CUB en 2011, c’est cautionner un peu les cadeaux fiscaux décidés par Nicolas Sarkozy. Et augmenter dans le même temps les tarifs des services publics, c’est faire un choix bien lourd de conséquences… Le tout en comblant avec un certain zèle et à coups de centaines de millions d’euros aux désengagements de l’État comme dans le dossier de la Ligne à grande vitesse (LVG) au détriment, par exemple, de la production effective de logements sociaux et très sociaux.

Et  pourtant, imposer une autre logique politique, économique et sociale est à portée de nos mains, je le crois. Simplement en restant dans les limites de notre agglomération, le combat des élus communistes et des populations, malgré un laps de temps et de moyens réduit, aura déjà permis des ouvertures significatives :

–        En imposant à notre conseil de devoir limiter la peine sociale infligée aux usagers des transports, en prenant l’engagement de ne plus augmenter ces tarifs jusqu’à la fin du mandat, pour les jeunes particulièrement.

–        En imposant à l’agenda de la CUB notre projet de conférence bancaire visant à contraindre les établissements financiers à soutenir le développement économique et social envers les PME et les institutions publiques (CUB, CG et CR) au détriment de la spéculation financière.

Ces exemples simples sont la preuve qu’il y a des possibles. Lorsqu’ils deviennent l’exigence active, engagée, d’un nombre de citoyens toujours plus important, en appui de forces politiques, comme le PCF, qui ne se soumettent pas et proposent une vision dynamique pour l’Humain D’abord. Alors, oui, sincèrement et avec combativité, bonne et heureuse année 2012 !« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *