Déchetteries: la CUB s’attaque aux congés

Les agents des centres de recyclage de la CUB sont en grève depuis ce week-end. Au titre de leurs revendications, on peut citer la difficulté grandissante pour ces agents de prendre correctement leurs jours de congés. Manque d’effectifs, pourrait-on se dire… Mais pour la direction de la CUB, c’est une autre explication qui a été mise en avant: ces agents auraient tout simplement trop de congés. Profitant d’une réflexion sur de nouveaux horaires d’ouverture, de nouvelles dispositions de prise de congés ont été adoptées. Une logique qu’a combattu le groupe communiste, par la voix de Lena Beaulieu.

« Il est hors de question pour nous de valider ce nouveau dispositif. Non pas sur le principe d’ouvertures mieux adaptées à la fréquentation des usagers. Les nouveaux horaires d’ouverture semblent cohérents.

Mais le conséquences sur les congés annuels des agents d’exploitation sont totalement inacceptables. Sous prétexte d’une situation rendant impossible la prise de la totalité des congés, c’est tout simplement une dérogation au régime statutaire qui est proposée. En effet, alors que le nombre de congés annuels est de 30,5 jours pour tous les agents de la CUB, cette délibération entend le ramener à 23 jours pour les 90 agents des centres de recyclage. Même en y ajoutant les 5 jours pour cause de reconnaissance de la pénibilité et le jour de compensation annuel, on n’arrive pas aux 30,5 jours pourtant valables pour tous les agents de la CUB.

Un comble pour une catégorie du personnel dont les conditions de travail sont parmi les plus pénibles.

Ce dispositif est d’autant plus inacceptable qu’à aucun moment une des causes possibles de la difficulté de prise de congés pour ces agents, n’est évoquée. S’ils ne peuvent prendre leurs congés, c’est peut-être que les effectifs dans ces centres de recyclage sont insuffisants. Auquel cas, sans vouloir faire trop d’idéologie – bien sûr, plutôt que de réduire les congés des agents en poste, il pourrait éventuellement être envisagé de recruter parmi les dizaines de milliers de demandeur d’emploi de l’agglomération. C’est une solution qui, en plus d’apporter une amélioration au service public rendu, éviterait de réduire les droits aux congés de 90 agents.

Constatant le recul important que constitue ce dispositif, nous vous demandons, monsieur le vice-président et monsieur le Président, de revoir votre copie. Sans quoi, nous voterons contre cette délibération. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *