Des transports à l’échelle du département… qui restent à financer !

Le conseil de métropole du 27 avril a adopté les statuts du futur syndicat mixte des transports à l’échelle de la grande région. Comme le souhaitaient les élus-es girondins, une structure spécifique aura à gérer les transports à l’échelle du département. Si cette création est une bonne nouvelle, reste à discuter des financements qui seront nécessaires pour développer les transports efficaces et urgents à cette échelle.

« Enfin ! C’est un peu le sentiment de notre groupe à la lecture de ce rapport. C’est une grande satisfaction que nous arrivions enfin à la création de ce syndicat, dans un périmètre qui nous convient à peu près. En effet nous sommes convaincus comme beaucoup ici de la pertinence d’un syndicat mixte, qui permette de mieux coordonner la politique de transports afin d’être mieux en phase avec l’évolution de nos territoires.

D’ailleurs malgré la richesse du rapport nous regrettons que la métropole n’aille pas plus avant dans le périmètre de compétence du syndicat, afin d’avoir un débat sur ce qui nous paraît pertinent en la matière. C’est à notre sens un travail qui reste devant nous.

Nous ne pouvons qu’émettre le regret que le département ne puisse être membre de ce syndicat, c’est là un des côtés ubuesques de la loi NOTRE. En effet comment écarter un acteur dont la vision globale de notre territoire est un atout indéniable et qui reste un acteur majeur des transports ?

Si nous soutenons la mise en place de cars express, ils ne peuvent être pour nous qu’une réponse ponctuelle aux besoins. Ils viennent palier les défaillances du réseau TER. Défaillance en terme d’entretien des infrastructures comme de matériel roulant.

Il est à ce titre éclairant de ne pas voir citée la ligne Bordeaux-Arcachon. Celle-ci en effet bénéficie des derniers investissements en terme de matière roulant, assurant une meilleure fiabilité, un meilleur confort, et permet de déplacer plus de voyageur. L’enjeu est donc là. Assurer une meilleure fiabilité et une meilleure fréquence pour les usagers.

Le rapport Duron confirme ce que nous portons ici depuis de nombreuse années, c’est à dire le bien-fondé d’un RER qui dépasse les frontières de notre agglomération. C’est une réponse appropriée face aux enjeux sociaux et environnementaux.

Enfin, une remarque autour de l’information aux voyageurs qui n’est pas sans faire débat. Si nous pouvons constater une meilleure efficacité des entreprises privées, celles-ci bénéficient des informations gratuites que nous leur fournissons. Autrement dit elles réalisent de l’argent à partir des données que nous leur fournissons.

Reste mes cher-es collègues que si cet outil était devenu indispensable, il sera comme notre métropole confrontée aux difficultés de financement. Si le versement transport additionnel est une réponse, celle-ci nous paraît au vu des défis sûrement insuffisante. Il faut continuer à faire vivre le débat pour que nos collectivités aient des moyens pour répondre aux besoins de nos populations. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *