Désengorger la rocade et offrir des alternatives

Le conseil de CUB du 18 janvier a adopté une motion pour la participation de l’Etat à la mise à 2×3 voies de la rocade bordelaise. Une nécessité, évidemment. Mais qui ne répondrait que partiellement aux difficultés de déplacements rencontrées par les habitants de la CUB et les girondins. L’occasion pour Max Guichard d’insister sur la multitude de réponses à apporter: mise à 2×3 voies de la rocade, ligne de ceinture ferrée autour de l’agglomération, passage du tram sur le pont Bacalan-Bastide, réponses innovantes sur les transports de marchandises en ville, meilleure utilisation du rail et du fleuve,…

Voici le texte de la motion votée:

L’achèvement de la mise à 2×3 voies de la rocade doit être un engagement ferme de l’Etat

Plus de 400 000 véhicules empruntent chaque jour la rocade bordelaise. Ils provoquent quotidiennement et depuis de nombreuses années d’importants embouteillages que subissent les habitants de la métropole.

En vingt ans, aucun Gouvernement n’a pris l’initiative d’une véritable modernisation d’ensemble de cette infrastructure. La rocade bordelaise, avec ses 25 kms en 2×3 voies et ses 20 kms en 2×2 voies, n’est plus adaptée aux besoins de ses habitants comme de ses entreprises, alors que 60 à 70% des emplois de l’agglomération se situent à proximité de la rocade.

L’abandon du Grand contournement en juin 2008 ne s’est accompagné d’aucune analyse des enjeux de déplacement. Il n’a donné lieu à aucune contrepartie ni mesure compensatoire en faveur de la modernisation de la rocade existante. La seule décision a consisté à réduire la vitesse maximale autorisée de 110 à 90 km/h.

Un véritable sursaut est nécessaire pour améliorer la circulation sur un axe majeur entre le Nord de l’Europe et la péninsule ibérique. Il passe désormais par l’élargissement intégral de la rocade et par d’autres solutions, notamment ferroviaires, qui prennent en compte la nécessaire protection des populations face aux nuisances sonores.

Avons-nous seuls les moyens financiers de réaliser un bouclage de la mise à 2×3 voies ? Un nouveau chiffrage tenant compte des coûts observés entre les échangeurs 16 et 10 doit permettre au gouvernement de prendre une décision qui mettra en perspective le coût de l’investissement et les effets pour notre métropole.

Depuis quinze ans, la Communauté urbaine a consenti des efforts d’investissements particulièrement ambitieux en matière de transports en commun. Elle a lancé à travers le Grenelle des Mobilités, un travail de concertation exemplaire dont les conclusions insistent sur la nécessaire évolution du comportement des usagers. Pour toutes ces raisons, le Conseil de Communauté demande une rapide inscription de l’élargissement de la rocade bordelaise dans le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT), qui prévoit 245 milliards d’Euros d’investissements et sollicite le soutien des autres collectivités territoriales concernées.

A cet effet, le Conseil de Communauté demande également à l’Etat d’intégrer la rocade bordelaise comme site pilote afin de dédier une voie aux circulations alternatives à la voiture solo (covoiturage ou transports collectifs). Il demande également la mise en oeuvre sans délai de mesures de régulation du trafic poids lourds de transit : réduction de la vitesse, interdiction de circulation aux heures de pointe et création de parkings de retenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *