En attendant les 10% de baisse de la facture d’eau…

Le conseil de CUB du 28 septembre a permis de concrétiser le choix du délégataire de service public pour l’assainissement collectif des eaux usées et pluviales. Un délégataire qui n’aura qu’un rôle transitoire puisque ce service, comme celui de la distribution de l’eau, reviendra pleinement en gestion publique à partir de 2018. Mais ce processus de désignation aura aussi permis de faire baisser de 30% les marges réalisées par ce délégataire sur le dos du service public. Résultat dont s’est félicité Max Guichard.

Max Guichard

« Nous ne bouderons pas notre plaisir de voir confirmer ce que nous n’avons cessé de d’exprimer depuis 1992, à savoir que ce contrat de délégation sur l’eau signé alors était au seul profit d’un grand groupe privé, pénalisant d’autant les intérêts des usagers comme ceux de la CUB.

 

Par son vote en juillet 2011, le conseil de CUB s'est engagé à un passage progressif en régie des services de l'eau et de l'assainissement sur l'agglomération.

Aujourd’hui, au travers d’une de ses composantes, l’assainissement, après une négociation particulièrement bien menée, la preuve est faite de la capacité d’une institution publique, si elle le décide, à mettre en cause les appétits voraces des grands groupes privés avec, par exemple, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui : une baisse conséquente de la redevance assainissement, équivalente au niveau de rentabilité abaissé pour le délégataire : – 33 %.

Cette avancée financière est d’autant plus appréciable qu’elle se situe dans une gestion de service et de développement durable particulièrement améliorée, tout comme le service à l’usager, au travers de la gouvernance et de la transparence, en appui d’une politique de ressources humaines préservant tous les intérêts des salariés. Nous avons ainsi gravi une première marche décisive dans l’approche d’un service public de l’eau pour lequel nous nous sommes engagés pour 2018.

En ce sens, la 2e marche, tout aussi décisive, doit se traduire dans la dernière révision quinquennale de l’eau, sur laquelle nous travaillons activement. C’est bien ainsi, notamment, que nous pourrons aboutir à notre exigence maintes fois formulée d’une baisse de 10% de la facture totale de l’eau pour l’usager comme vous vous y êtes publiquement engagé, Monsieur le Président, du moins si j’en crois le compte rendu de votre dernière conférence de presse.

Je nous engage d’ailleurs à avancer très vite dans cette réduction de la facture d’eau puisque le contrat de délégation pour l’assainissement que nous votons aujourd’hui le permet. Je le rappelle, ce ne sera qu’un juste retour sur la spoliation qu’auront subi les usagers depuis 1992. Trente ans pour obtenir ces résultats, cela aura été long, très long même, mais décidément, ne boudons pas notre plaisir. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *