Enfin un plan piscines… Mais bien mal accompagné !

Le dernier conseil de métropole à acté le principe du transfert de 6 équipements culturels ou sportifs par les communes vers la Métropole (1). Parmi ceux-là, un équipement en projet: le stade nautique à Mérignac, qui souligne le besoin de piscines sur l’agglomération. Alertée notamment par les nombreuses interventions des élus communistes à ce sujet, le conseil de Métropole à décidé d’un plan piscine de 20 millions d’euros. Mais aussi d’un soutien au sport professionnel… Voici l’intervention de Max Guichard:

Cette délibération cadre pose un ensemble de questions auxquelles notre groupe ne peut amener une réponse unique tant elles mélangent la notion de transferts de compétence, l’aide aux sports professionnels, même vue sous l’angle de la formation, ou carrément une intégration de gestion privative (Matmut) dans la responsabilité métropolitaine, et enfin un plan d ‘ équipement nautique complété par un plan piscine.

Nous soutiendrons la réalisation d’un nouvel équipement aquatique à Mérignac, dont la dimension d’intérêt métropolitain ne fait aucun doute, qui plus est, dimensionné économiquement dans un cadre public, comme la mise en œuvre d’un plan piscine que notre groupe par la voix d’Odile Blein n’a cessé de réclamer depuis plusieurs mois.
Le seul bémol que nous y mettrons c’est son insuffisance (20 millions d’euros), complété sans doute de 10 millions d’euros venant du conseil départemental.
Insuffisance d’investissement donc, en regard des grands et urgents besoins sur les territoires de notre métropole, due encore une fois à l’absence d’aide de l’État qu’il nous faut relancer avec force.
Le positif ne peut nous faire passer sous silence les autres questions qui nous posent grande interrogation comme le transfert de compétence, tant culturelle que sportif au travers d’équipements qui ont souvent fait le socle des identités communales concernées, et qui ouvre plus insidieusement des portes vers des compétences culturelles et sportives bien plus larges.
Enfin, et pour ne pas faire trop long, je terminerai par le soutien financier parfois très lourd qu’apporte notre métropole au sport professionnel qui, même au travers de sa formation, n’est pas reconnu aujourd’hui, par sa démarche dégagée d’objectifs élitistes spoliant souvent le creuset de formation que portent nos clubs communaux.
Je le vérifie en tant qu’adjoint aux sports sur ma commune de Cenon, qui comme à Lormont et bien d’autres, forment des joueurs de renom qui ont fait les beaux jours sportifs et financiers des Girondins de Bx sans aucun retour…. Hélas, le rugby professionnel, donc l’UBB, prend la même direction.
Le cas du MATMUT, dont le montage financier est peut être nécessaire dans sa forme d’exploitation financière actuelle, mais qui devient antinomique, avec une approche de gestion publique, qu’elle aurait dû avoir au départ pour prendre cette dimension sociale.

(1) le Musée de la création franche à Begles, le Carré des Jalles à Saint-me dard, la maison des sports « Les Iris » à Lormont, le stade de Thouars à Talence, le meeting Decastar à Talence, la stade « Matmut » à Bordeaux, et le projet de stade nautique à Merignac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *