Ford et logement : arrêter le carnage !

La décision de Ford de tourner le dos à ses engagements à Blanquefort, malgré les dizaines de millions versés par l’État et les collectivités territoriales, est un scandale. Nous serons évidemment aux côtés des salariés de Ford et de leurs familles pour demander des comptes à cette multinationale qui n’a jamais oublié de verser de généreux dividendes à ses actionnaires ! (voir la déclaration des élus-es et militants-es communistes)

Un autre combat des élus-es communistes de Bordeaux-Métropole est celui pour le droit de chaque famille à être logé décemment et donc l’obligation légale des communes qui doivent atteindre le taux de 25% de logements sociaux. Cet article de la loi SRU n’est pas le résultat d’une quelconque idéologie ; c’est la proportion minimum de logements à loyers accessibles qu’il faudrait pour répondre aux besoins réels des ménages. L’idéologie, elle est du côté de ceux qui croient que la loi du marché seule répondra aux besoins des populations. La loi du marché, elle est en train d’exclure des milliers de familles des cœurs de villes, de contribuer à l’étalement urbain, d’engorger les axes routiers, de grignoter les terres agricoles,…

Voilà pourquoi nous avons salué les efforts des services de la métropole qui ont contribué à la construction ces dernières années de 3500 logements sociaux par an et œuvrent pour le logement accessible. Pour ceux-là, le vote à l’Assemblée nationale de la loi sur l’évolution du logement (ELAN) est une catastrophe et un recul historique. Pour la première fois, un gouvernement touche au taux de 25% et monte à 40 000 par an le nombre de logements sociaux qui seront vendus, y compris dans les villes déficitaires. Et, après avoir subi des amputations budgétaires conséquentes, les sociétés HLM sont maintenant contraintes au regroupement. Avec ces mesures, Emmanuel Macron et ses députés-es montrent leurs véritables visages : ils sont les porte-plume des promoteurs immobiliers et des gros du BTP. Face à cela, les travailleurs, les retraités, les étudiants de ce pays doivent s’organiser au plus vite pour arrêter ce carnage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *