GINKO: Redonner sa place à l’école publique et au logement social.

Quelques semaines après l’annonce, par le presse, de la construction d’une église et d’un collège privé sur l’éco-quartier GINKO, le conseil de CUB du 17 février examinait le rapport d’activité de celle-ci. L’occasion pour l’élu communiste Vincent Maurin d’exiger le rééquilibrage du projet en faveur des logements sociaux et très sociaux. Et pour réaffirmer la nécessité de développer le service public de l’éducation nationale.

Il y a beaucoup de choses à dire sur cette ZAC, sur le fond comme sur la forme. Sur la forme, je regrette l’opacité, pour ne pas dire l’omerta qui préside à l’évolution des programmes de ZAC d’année en année. Il a en effet fallu que j’insiste lourdement en commission Urbanisme pour que le représentant de Bouygues Immobilier, aménageur de la ZAC GINKO, reconnaisse l’existence d’un projet de collège privé. Au grand étonnement de tous les membres de la commission, y compris de ses présidents.

Alors que parents d'élèves, élus et enseignants se mobilisent pour l'école publique et récemment pour le maintien des RASED, Alain Juppé va faire ouvrir un 12ème collège privé dans une ville qui ne compte que 13 collèges publics.

A ce sujet, je trouve surprenant notre légèreté dans un dossier si lourd de sens pour l’avenir de l’offre scolaire sur la CUB. Notre ZAC va favoriser la construction du 12ème collège privé de la ville de Bordeaux alors qu’elle ne comporte que 13 collèges publics. Je rappelle que l’enseignement privé scolarise 20% des élèves. A l’heure où l’école publique n’a jamais été autant fragilisée pour les suppressions de postes d’enseignants, nous considérons indécent ce cadeau de Bouygues, de la ville de Bordeaux, de la CUB et du recteur d’académie à l’enseignement catholique. Je vous informe d’ailleurs que ce fut le sens de mon intervention ce matin au conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) suivi d’une motion votée à l’unanimité des élus, parents d’élèves et syndicats dénonçant ce projet.

Enfin, permettez-moi de m’interroger sur le sens donné à ce nouveau quartier revendiqué comme emblématique par le maire de Bordeaux : un collège privé, une église,… et le bruit a couru qu’une école privée serait en projet. J’ai beaucoup de respect pour les catholiques, je me félicite d’ailleurs qu’un espace de GINKO puisse être baptisé du nom de mon ami Bernard Pauc, traminot syndicaliste, prêtre-ouvrier ayant résidé et officié dans la cité des Aubiers entre les années 1980 et 2000. Mais, otez-moi d’un doute : l’éco-quartier n’est pas en train d’obtenir le label « catho-quartier » ?

Sur le fond, deux critiques en lien avec le débat général sur le logement. La ZAC de GINKO ne comporte que 0,5% de logements très sociaux (PLAI) et 23% de logements sociaux (PLUS) dont 2% sont des reconstructions pour près de 50% d’accession libre. Pour la petite histoire, ces derniers ont une vue sur la Lac quand la plupart des logements sociaux ont eux vue sur Auchan-Lac ! Puisque les programmes sont susceptibles d’évoluer et que le foncier commercial sur cette ZAC n’atteint pas ses ambitions initiales, nous proposons que sur cette ZAC comme sur toutes celles en réalisation ou en projet des parcelles soient mises à disposition pour accueillir des structures d’urgence et d’aide à l’insertion (emploi, hébergement d’urgence, soins, formation,…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *