Jean-Jacques Bosc, la concertation d’abord !

Le dernier conseil de métropole a validé l’ouverture d’une concertation sur le devenir du secteur Jean-Jacques Bosc, des deux côtés des boulevards entre Bègles et Bordeaux. Secteur en forte mutation, qui attend le pont qui le reliera à Floirac et à la rive droite, c’est un nœud stratégique de l’agglomération. Intervenant au nom du groupe communiste, Jean-Claude Feugas a exprimé des réserves mais surtout la volonté que les habitants soient écoutés.

« Cette délibération pose des orientations fortes pour un secteur dont il n’est pas besoin de rappeler l’importance stratégique au cœur de l’agglomération. Nous partageons beaucoup des objectifs affichés dans ce projet urbain.

Ils sont ambitieux, notamment sur le volet déplacements ; mais leurs crédibilités reposent cependant beaucoup sur la réussite des opérations alentours, et notamment sur le pont Jean-Jacques Bosc. Notre groupe a déjà relayé les inquiétudes des riverains et des entreprises autour du MIN. Pour nous, il y a une véritable erreur à ne pas avoir anticipé pour des expérimentations fortes de transport par chemin de fer et par voie fluviale desservant ce marché. Mais peut-être n’est-il pas encore trop tard pour y travailler concrètement.

C’est une priorité car le secteur est déjà très dense en circulation et les projets de construction de logements importants, des deux côtés de la Garonne. C’est donc un défi de taille qui se pose à la Métropole, une véritable mutation en matière de transports, pour que les habitants ne vivent pas demain un cauchemar dans leurs déplacements.

Pour le reste, il faut être très attentif à ce projet qui touche des quartiers très sensibles, tant du côté béglais que bordelais. Quartiers qui, vers Belcier comme vers Yves-Farges/Terres-Neuves, ont déjà connu de très profondes mutations.

La concertation doit donc être poussée très loin avec les habitants. Nous partageons de ce point de vue les réserves exprimées par une majorité d’élus béglais : les modalités de concertation sont à ce stade insuffisantes pour ne pas être de simples informations.

Enfin, puisque dans toute l’agglomération, nous voyons fleurir des collectifs souvent très écoutés, qui refusent des projets mêmes mineurs d’urbanisation, notre groupe émet à son tour une réserve. – Attention, ce n’est pas nous, qui réclamons inlassablement un effort plus important sur le logement social, qui allons tourner le dos à la nécessaire densification en cœur d’agglomération. – Mais il ne faudrait pas non plus que celle-ci se fasse dans les seuls quartiers déjà denses en fragilités sociales. C’est une question à laquelle nous serons attentifs.

Le processus engagé devra donc être très à l’écoute des populations et respectueux de la qualité de vie des populations concernées. Ces remarques étant faites, nous approuvons l’ouverture de cette concertation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *