Quand l’argent public fait la banque à la place des grands groupes… Exemple.

A Saint-Médard-en-Jalles, une société sous-traitante des grands groupes de l’aéronautique et du spatial, s’agrandit et promet de créer des emplois. Très bien mais pourquoi a-t-elle besoin d’argent public pour le faire ? Une question posée Max Guichard restée sans réponse. Bien seul, le groupe communiste a donc voté contre cette subvention publique.

« Mon intervention sera rapide. Nous nous félicitons du développement de ce type d’activités industrielles soutenu par les services de la CUB. Cependant, à aucun endroit de la délibération nous ne trouvons la justification précise de la demande d’aide financière accordée à la société OMEGA.

Si c’est un problème d’accès au crédit bancaire, cela confirmerait notre idée que les collectivités doivent agir auprès des banques plutôt que de faire elles-même la banque. Si c’est un problème de trésorerie, alors nous demandons pourquoi la société Héraklès ne vient pas au secours de son sous-traitant ? On m’a répondu en commission que ces sociétés étaient distinctes, qu’elles n’avaient rien à voir l’une et l’autre. Je lis simplement que la société OMEGA était installée dans les locaux mêmes de la société Héraklès et que cette dernière en était un des principaux clients (avec EADS)… Rien à voir donc.

Venir en aide aux entreprises industrielles, c’est aussi je crois remettre de la justice dans les rapports entre les grands groupes et leurs sous-traitants.

Enfin, sur ma demande, les services ont tenté d’obtenir des garanties afin d’être certains que les 9 emplois promis à Saint-Médard-en-Jalles ne soient pas amputés de la structure de Nantes. Subventionner les transferts d’emplois, ce n’est pas notre tasse de thé. Ce n’est visiblement pas le cas. Tant mieux. Mais sans engagement écrit, cela reste insatisfaisant.

Nous voterons donc contre cette délibération. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *