L’argent que réclame encore le patronat

Hollande MEDEFExplication de vote du groupe communiste sur les pôles de compétitivité. Par Jacques Padie.

Notre groupe vote systématiquement contre les subventions aux pôles de compétitivité. Mais nous ne voudrions pas laisser croire qu’il s’agit d’un position dogmatique. 

En effet, depuis le départ nous avons dénoncé la prise en charge par les collectivités d’une partie des efforts de dépenses en recherche et développement qui ne nous semblent pas avoir d’autre sens que celui d’exonérer les grands groupes de cet effort.

Par égard pour mes collègues, je n’égrainerai pas le montant des bénéfices et pire, des dividendes dégagés par les entreprises qui font la base de ce pôle de compétitivité : Airbus Group, Lectra et Safran.

Ces mastodontes n’ont pas besoin de l’argent public pour organiser leur filière. Et il nous semble qu’ils n’ont pas non plus besoin de l’argent public pour s’offrir, comme le dévoile une autre délibération, un dîner de gala à 22 500 euros !

Enfin, c’est bien avec pragmatisme que nous votons contre cette délibération.

Nous avons bien entendu les grands regrets exprimés par le secrétaire général de la CFDT qui avait donné son accord à un pacte de responsabilité. Pacte que le patronat, organisé au sein du MEDEF, a passé les dernières semaines à vider des maigres contreparties qu’il comprenait.

Ne souhaitant pas connaître les mêmes désillusions, nous ne signons pas ce pacte qui lie les collectivités aux appétits financiers des grands groupes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *