L’attractivité touristique, c’est d’abord une histoire de qualité de vie

Voici la tribune du groupe publiée dans le numéro 24 du journal de la CUB.

Deux conceptions du tourisme se sont toujours affrontées. Celle qui vise a attirer plus de visiteurs en s’inscrivant dans une aveugle logique de marchés ; elle prédomine depuis des décennies sur la côte méditerranéenne et a fini par transformer l’identité économique, sociale et culturelle de ces régions. C’est une vision marchande du tourisme qui amène avec elle les affres des logiques de rentabilités : précarisation des salariés, non-sens urbanistiques, destruction paysagère… C’est une conception du tourisme qui transforme nos congés payés en simples produits de consommation.

Une autre vision serait de penser le tourisme non comme un but à tout prix mais comme une conséquence d’une qualité de vie offerte aux habitants d’une région. Cette qualité de vie, architecturale, environnementale, sociale, culturelle, gastronomique est pourtant une source d’attraction touristique pour les visiteurs. C’est cette vision que nous défendons.

Il ne s’agit donc pas pour nous d’inscrire Bordeaux dans la bataille que se livrent les grandes métropoles à l’échelle européenne – dans ce domaine comme en matière culturelle, universitaire et évidemment économique – mais de faire de l’agglomération un lieu où il fait bon vivre pour ses habitants, en valorisant le patrimoine existant. Un mieux vivre pour tous.

Cette conception est à long terme et nécessite de répondre aux besoins des habitants. Et de répondre aussi, cela a pour nous beaucoup d’importance, aux besoins des salariés du tourisme. Les syndicats de salariés ont fait de nombreuses propositions dans ce domaine. Etant donnée la fréquentation touristique que connaît aujourd’hui Bordeaux, il est par exemple urgent qu’une maison des saisonniers ouvre ses portes. Pour informer et organiser ces salariés aux droits trop souvent niés. Voilà un thème que personne n’aborde aujourd’hui sur l’agglomération. Parce qu’en se consacrant sur l’organisation de « coups » de communication, essentiellement destinés à l’international et tout entiers tournés vers le secteur marchand (la récente Fête du Fleuve en a été un bien triste exemple), le maire de Bordeaux a fait son choix : sa vision du tourisme est marchande. A nous de faire vivre un autre logique, qui mette enfin l’Humain d’abord.

Bonnes Vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *