L’austérité du quotidien

L’austérité au quotidien. Voilà la réalité de bon nombre de collectivités locales qui se contentent de « gérer la pénurie ». C’est le cas içi de la communauté urbaine qui, sous le prétexte d’économies, a depuis longtemps abandonné le service de nettoyage des bennes à ordures chez les particuliers. Une position qu’ont toujours regretté les élus communistes, comme l’a rappelé Jean-Claude Feugas lors du conseil du 16 janvier dernier.

Avec cette délibération, notre groupe tient à répéter ses positions sur ce sujet qui touche tant à la santé des agents et des usagers qu’à l’environnement, et donc à la qualité du service public.

Notre groupe a été le seul, lors du conseil du 2 octobre 2009, à s’opposer à l’abandon du lavage des containers sur l’ensemble de la CUB. Depuis, si l’hypercentre de Bordeaux bénéficie encore de ce service, c’est grâce à son insertion dans le cadre du contrat de développement ville de Bordeaux/CUB.

Or l’argument de la spécificité de ce secteur pour le lavage, à savoir : « zone d’habitat très dense et très peu d’espaces extérieurs » peut s’appliquer dans d’autres lieux, tels les centre-villes de l’agglomération.

Nous dénoncions en 2009 l’inégalité de traitement des usagers quant à l’accès au service public qu’entraînait cette décision. Celle-ci est principalement motivée par une « nécessité d’économie », consécutive à des désengagements financiers de l’État. Mais avec la politique d’austérité en cours, à quelles autres « nécessités d’économie » ou nouvelles contraintes financières allons-nous devoir faire face ?

Nous mettions en avant les enjeux environnementaux tel le lavage par des véhicules spécialisés, avec des produits adéquats et notamment la récupération des eaux souillées, assurant ainsi la garantie d’un nettoyage correct par une désinfection appropriée et, de fait, permettant une manipulation par les agents et les usagers de containers entretenus et favorables à leur santé.

Il faut savoir aussi que, dans le cadre des réunions de concertation pour la mise en place de la R437 dans le service de la collecte des OM, les syndicats ont abordé ce sujet lors de la réunion du 5 avril 2013.

Monsieur le Président, ces arguments que nous avancions à l’époque sont toujours d’actualité. Nous réitérons donc nos propositions : le rétablissement de la prise en charge du lavage des conteneurs par la CUB sur l’ensemble de son territoire en intégrant ce lavage dans un nouveau service au sein de la régie de collecte et traitement des déchets. L’étude d’un reclassement de certains personnels du service des ordures ménagères pourrait alors s’envisager dans ce cadre d’activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *