Mérignac Soleil: toujours beaucoup d’ambition mais si peu d’équipements…

Le conseil métropolitain du 6 juillet dernier a validé le programme global des équipements publics de l’opération 50 000 logements prévue sur Mérignac-Soleil. Une opération ambitieuse et exemplaire qui va voir un quartier fait de bitume et de supermarchés muter en quartier vert et résidentiel. Lena Beaulieu a tout de même fait valoir les inquiétudes – déjà exprimées en avril par Claude Mellier, du groupe communistes sur deux sujets: les équipements publics et les transports.

« Nous voyons ici l’arrivée d’un projet innovant, basé sur la mixité logements, commerces et services, doublé d’une stratégie paysagère volontariste. Ce quartier de Chemin Long est déjà un quartier en pleine mutation. Nous y voyons construire de nombreux logements depuis déjà quelques années.

Dans cette délibération, il est bien indiqué que sont appréhendés « les services correspondants aux besoins des ménages »… pourtant nous nous permettrons aujourd’hui de vous faire part de notre inquiétude quant à ces services. En effet, l’école du quartier arrive déjà à saturation et il n’y a pas de crèche, ni publique ni privée.

A propos des crèches, aucune n’est prévu dans ce projet. Nous avons posé la question en commission à la Fab et la réponse fut claire : « si il doit y avoir une crèche, elle sera privée »… Quant au sport, là encore rien de plus que les salles de sport privés, aucun lieux de pratique extérieure à la disposition des jeunes… et des moins jeunes.

Comme nous espérons une bonne proportion de logements sociaux dans ce projet, nous portons aussi le souhait d’une réponse en services publics de proximités bien plus que de le laisser à la seule initiative du privé. Ce rapport met aussi en corrélation à ce beau projet la livraison, en 2021, de l’extension de la ligne A du tram pour « une connexion aux zones d’emplois ».

Je profite donc de ce rapport pour exprimer une nouvelle fois mes craintes quant à la desserte du quartier de Chemin Long et, plus largement, celle de la zone aéroportuaire. En effet, cette extension en voie simple avec seulement 4 ou 5 arrêts entre les 4 chemins et l’aéroport me semble, au vu du projet ambitieux d’aujourd’hui, déjà obsolète. Je m‘explique : nous savons que là où passe le tram, le bus ne passe plus.

Aujourd’hui, c’est la liane 1 qui dessert ce secteur. Victime de son succès, ce bus est actuellement en saturation. Mais cette liane à aussi 11 arrêts sur la même partie du trajet. Elle dessert bien mieux la zone d’emplois que le fera le tram de demain. Alors certes, des aménagements de voirie seront réalisés, pour faciliter la pratique du vélo notamment, mais les passagers du tram ne peuvent pas voyager avec leur vélo aux heures de pointes, vélo qui pourrait leur permettre de faire le trajet restant.

Au vu de l’explosion démographique induite par le projet Mérignac Soleil, je crains que nous ayons manqué d’ambition en voyant trop petit et beaucoup moins efficace que le bus d’aujourd’hui, certes par un juste souci d’économie mais qui risque coûter, à terme, bien plus cher.

Nous restons toutefois confiants, l’objectif de ce projet étant pour 2032, ça nous laisse le temps de maintes améliorations. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *