Métropoles: ils parlent « attractivité », nous parlons démocratie.

Le bureau de CUB de ce 30 mai a été l’occasion d’une présentation de la loi dite de décentralisation qui instaurera le statut de métropole. Une loi aux effets néfastes que dénoncent les parlementaires communistes au Sénat comme à lAssemblée nationale. L’occasion pour Michèle Iste, au nom du groupe communistes et apparentés à la CUB, de résumer ce que serait une véritable modernisation des institutions.

« Tout d’abord, permettez nous de dire qu’il existe pour un gouvernement de gauche un moyen de moderniser et revitaliser la vie publique territoriale. Ce moyen, c’est l’accès au droit de vote des résidents étrangers. Mais le gouvernement Ayrault n’a malheureusement pas fait ce choix. Au lieu de cela, la loi prévoit de redessiner les territoires pour les rendre plus « attractifs », cest à dire pour quils continuent à être mis en concurrence au plus grand profit des grands groupes et au détriment des populations. Cest dailleurs ce quindique le projet de loi en préambule.

Elargir les compétences de certains niveaux de collectivités sans leur assurer les moyens de fonctionner, cest se préparer des lendemains difficiles. Ainsi, élargir les compétences des collectivités et leur promettre des baisses de dotations de 4,5 milliards sur les 3 années à venir, cest clairement faire le choix de laffaiblissement des services publics. Cest ce que dénoncent les syndicats dagents de la fonction publique territoriale qui appelaient aujourdhui à la grève.

Cest ce quil en a été sur la réforme des rythmes scolaires qui a renvoyé aux communes une compétence nationale, sans pour autant leur en donner les moyens financiers. Avec de telles logiques, on rend impossibles de véritables réformes progressistes. Nous le verrons dailleurs dès demain en conseil de CUB sur la question du logement social.

A cela, nous opposons les exigences de démocratie et de solidarité entre les territoires. Face à la crise du politique et de la chose publique, nous pensons quil est grand temps de rapprocher les élus des citoyens, non de se doter de super-maires à léchelle de la métropole. Face à la fracture sociale qui touche nos territoires, nous pensons quil est grand temps dorganiser la coopération entre territoires et de renforcer le rôle du département, non de jouer la métropole contre le département et la région contre tout le reste.

Pour notre agglomération, les élus communistes continueront donc à soutenir le rôle primordial de la commune et à investir la CUB comme un lieu de coopération et d’échange entre les communes membres mais aussi avec le département. Travailler à cette cohésion, c’est aussi se battre pour le logement social sur notre territoire, pour le renforcement d’un réseau de transports publics de qualité et pour le développement des services publics. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *