Mobilisation citoyenne pour les services publics !

Alors qu’à Mérignac, le combat des citoyens-nes se poursuit pour le maintien des bureaux de Poste, la pétition lancée par le PCF à Bordeaux-centre pour la maintien d’un relais de la CAF fait beaucoup parler ; plus de 200 citoyens-nes l’ont déjà signée. Forts de cette initiative, les communistes bordelais ont écrit la lettre suivante au maire de Bordeaux. Un thème sur lequel les élus-es communistes de Bordeaux-Métropole ne manqueront pas de revenir, lors du conseil de métropole de ce vendredi.

Photo SO
Photo SO

Monsieur le Maire,

Nous avons appris il y a presque deux semaines la volonté de la direction de la CAF de fermer le « point relais » situé rue du Mulet, dans le quartier Saint-Pierre. Ce point relais est un service public de proximité apprécié des bordelais-es. Ayant pris l’initiative d’une pétition contestant cette décision, nous avons pu nous rendre compte de l’extrême diversité des publics qui fréquentent ce guichet : travailleurs étrangers, mères de famille célibataires, étudiants débarquant un peu perdus à Bordeaux, allocataires des minimas sociaux désorientés par leur précarité,…

Nous ne vous apprenons sûrement rien sur le public qui se presse dans ces bureaux, puisque ce sont souvent les mêmes qui fréquentent les services municipaux. La disparition de ce service public leur est très préjudiciable. Elle l’est aussi pour la ville de Bordeaux au sein de laquelle les précaires et populations fragilisées sont nombreuses. Elle intervient aussi dans une cascade de fermetures de services publics de proximité, dont la dernière en date est celle du bureau de Poste de la rue de Saintonge.

Notre avis est qu’on ne peut pas encourager la croissance démographique d’une ville sans s’inquiéter de la présence de services publics en conséquence. Voilà pourquoi nous avons lancé cette pétition – qui recueille aujourd’hui plus de 200 signatures, et écrit au directeur de la CAF afin qu’il revienne sur sa décision.

Mais nous savons aussi le poids que peut avoir votre parole dans une telle circonstance. Nous vous demandons donc, monsieur le Maire, d’intervenir auprès de lui pour le maintien de bureaux de la CAF en centre-ville, même après l’ouverture du point d’accueil du quartier Belcier. Une telle décision correspondrait véritablement à l’amélioration de l’accueil que la CAF entend mener. Elle correspondrait aussi à l’ambition d’une ville accueillante que vous dites vouloir construire.

Vous remerciant de l’attention accordée aux préoccupations des habitants du centre-ville, veuillez recevoir, Monsieur le maire, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *