Mobilités: un plan d’urgence et le besoin d’aller plus loin

Le conseil de métropole de ce 27 avril a adopté un plan d’urgence pour les mobilités qui contient des mesures pour les deux années à venir pour améliorer les transports du quotidien sur la métropole. Voici l’intervention de Claude Mellier sur le sujet:

« Monsieur le Président, mes cher-es collègues,

Avant d’en venir au contenu même de cette délibération, je voudrais me féliciter de l’exercice de ce plan d’urgence qui faite suite à notre conseil de décembre. Bien évidemment nous étions contraints : contraints financièrement (mais j’ y reviendrais) et contraints dans le temps.

Cependant les échanges poussés que nous avons eus avec nos services et des partenaires extérieurs nous ont permis de creuser véritablement le sujet, et d’apporter des réponses pertinentes.

Il y a bien évidemment nombre de propositions qui étaient déjà en préparation, mais la confrontation avec l’avis des élus, et la connaissance du terrain à permis d’une part certaines modification et ajout, mais aussi une certaine cohérence.

Nous tenons particulièrement à nous féliciter des propositions qui sont faites en termes de transports en commun, même si nous pouvons regretter que la contrainte financière, ne nous ait pas donné plus de possibilité. Je pense notamment à la fréquence des bus. Il y a aujourd’hui un consensus pour dire que le réseau de tram est saturé, et en ce sens la modification de nos rames va permettre une amélioration, mais aussi que nous avons une vraie marge de manœuvre sur notre réseau bus pour améliorer sa fréquentation. Cela passe d’une part une amélioration de la voirie, notamment avec des sites propres mais aussi par une fréquence plus importante sur certaines lignes aux heures pointe, comme par exemple sur la ligne 1, même si celle-ci est améliorée en heure d’été.

Mais autant le dire nous sommes plutôt globalement satisfaits des propositions.

Cependant monsieur le président, l’augmentation constante de la population nous place devant de vrais enjeux. Si ce plan va répondre ponctuellement à des problématiques, il ne va pas résoudre la totalité des problèmes des déplacements sur notre agglomération à moyen et long terme.

Comme évoqué dans le rapport sur le syndicat mixte nous devons avoir de grandes ambitions sur l’utilisation du train dans et en dehors de l’agglomération, c’est un des outils essentiel pour répondre aux besoins de déplacement de nos populations en s’inscrivant dans les ambitions de la Cop 21. Ce qui exige des moyens humains et financiers considérables pour répondre à ce défi. Seule une logique de service public, dégagée des besoins de la rentabilité pourra y faire face. La réforme actuelle présentée par le gouvernement sur la SNCF n’est pour le coup pas à la hauteur de ces défis, et n’est qu’un mauvais remake des réformes libérales qui ont eu lieu dans d’autres pays européen.

Pour notre part nous restons convaincus que le nœud du problème pour la SNCF comme pour la métropole est celui du financement. Il y a besoin de nouvelles ressources qui nous permettent de faire face au défi des déplacements. Par exemple en mettant une taxe sur les parking des grandes surfaces, une écotaxe sur les poids lourds, ou une taxe sur les immeuble de bureau tel qu’elle existe en région Ile de France. Ce sont là des exemples qui mériteraient d’être étudiés.

Si de telles ressources existaient cela nous permettrait d’étudier aussi la possibilité d’autres moyens de transport sur notre agglomération tel que proposé récemment avec le métro, que nous ne pouvons plus écarter d’un revers de main.

Voilà les remarques que je souhaitais faire au nom de mon groupe en approuvant cette délibération. »

Une réflexion sur « Mobilités: un plan d’urgence et le besoin d’aller plus loin »

  1. Cher(e)s camarades,

    Utilisant régulièrement les transports en commun sur Bx et la Métropole, en étant souvent mécontent, je me permets de vous faire part de quelques observations concernant ce sujet vital pour la vie des populations et la lutte contre la ou les pollutions….

    –« Le réseau de tram est saturé » dites-vous, mais celui des bus, de plus en plus vétustes, l’est aussi : Il nous faut donc une augmentation très importante des fréquences (tram et bus) mais aussi tendre vers une quasi-perfection en ce qui concerne la fiabilité des horaires. Les gens qui travaillent ont besoin de certitude ! Les autres aussi, d’ailleurs!

    La ligne 9 (par exemple) qui dessert la gare est souvent catastrophique : des 16 à 18 minutes d’attente parfois, 3 bus à la fois ensuite…,

    –On ne peux plus continuer à se trouver dans des trams sur-bondés, pilés comme des sardines (quel mépris pour les usagers), à la sécurité particulièrement menacée, en cas de freinage par exemple,

    –« Bus de plus en plus vétustes » et tombant souvent en panne : il faut donc renouveler le parc de façon continue et suivie,

    –Il faut une augmentation de l’emploi, certains passages n’étant parfois pas effectués,

    –Les prix : un abonnement coûte très cher et le prix au carnet n’est pas moindre : il faut donc tendre vers la gratuité totale, peut-être par pallier, raisonnés…C’est à ce prix que les gens abandonneront leurs véhicules!

    –Augmentation très nette des parcs-relais et des parkings extérieurs,

    –Ré-ouverture de la station SNCF « Médoquine » et gros effort sur la ligne de ceinture,

    –Couloirs de bus à la priorité absolue, en particulier sur les boulevards : les transports en commun doivent être valorisés et priorisés….il faut donc une campagne de sensibilisation de haut niveau!…..

    Voici donc quelques propositions, connues peut-être, avancées par vous peut-être aussi, mais qu’il faut re-proposer constamment et surtout faire partager et porter par la population : pourquoi pas une campagne de signatures aux stations trams et bus ??

    Bien sûr, comme vous dites, tout cela va nécessiter un financement adéquat et solide! Encore des propositions à faire!

    Cordialement

    D. Leymarie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *