Mutualisation: tout va très bien, Mme la marquise ?

Le conseil de métropole a étudié un rapport d’étape de la mutualisation des services qui concerne 15 des 28 communes de l’agglomération. Un bilan forcément critique pour les élus-es communistes qui avaient dénoncé un processus à marche forcée. Voici l’intervention de Max Guichard :


 « Quand je lis l’édito du Président et celui du 1er vice-président, surtout dans un contexte national de réduction drastique de nos aides et dotations, je pourrai, sur certains points, partager leur satisfecit (trop appuyé à mon goût) mais en se posant cette question essentielle pour le présent et l’avenir : à quel prix ?

En effet, c’est quand même bien vite oublier la souffrance subie par nombre de nos agents dans la mise en œuvre de cette mutualisation, faite dans la précipitation et à marche forcée. C’est vite oublier les mouvements sociaux qui s’en sont fait l’écho dans cette maison, et vite oublier aussi le nombre de cadres municipaux exprimant leurs profondes inquiétudes.

Si personne, ici comme dans nos communes, n’a mis en cause le principe de mutualisation, c’est bien encore une fois ses actes de mise en œuvre qui ont posé problème face à la surdité imposée aux propositions construites par nos agents avec leurs organisations syndicales.

J’insiste sur cet aspect, pas secondaire à nos yeux, car je ne suis pas sûr qu’il ne subsiste pas encore, fortement même dans certains secteurs de notre établissement, des ilots importants de cette souffrance. Le renforcement du service de psychologues du travail en témoigne.

Votre satisfecit n’effacera pas aussi les décisions de privatisation, certes réduites là aussi à certains secteurs mais, comme nous l’avons dénoncé, le loup entrant dans la bergerie ne se contente jamais du seul 1er agneau.

Se préoccuper de nos agents, du bien-être dans l’accomplissement de leurs missions n’est pas contradictoire avec le fait de se préoccuper des intérêts quotidiens des populations locales. Bien au contraire, c’est avec des agents en pleine sérénité, sécurité physique et morale que nos objectifs publics pourront être atteints.

Cette question est bien aujourd’hui nationalement à l’ordre du jour avec les attaques frontales du couple Macron – Philippe que subissent, entre autre, l’ensemble des agents du service public qui viennent d’apporter, avec grande force le 22 mars, l’expression du rejet de ces politiques au seul service de la finance. Aussi, il nous revient de pouvoir continuer à donner à nos populations, à nos communes et intercommunalités un rôle essentiel de bouclier social.

C’est donc bien dans une vision de l’intérêt humain que doit se poursuivre cette mutualisation ayant comme moyen un service public redonnant sens pour une République pleinement citoyenne. »

Une réflexion sur « Mutualisation: tout va très bien, Mme la marquise ? »

  1. Comme à chaque fois une intervention juste et bien à propos.
    Nous restons toujours dans l’attente d’un contact de M.GUICHARD auprés de notre organisation pour organiser des discussions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *