Pas de double peine pour les accidentés !

Après 5 jours de grève, les agents de collecte de la CUB avaient obtenu des augmentations de salaires. La CUB revient aujourd’hui sur la question de leur rémunération. Sous prétexte de valoriser la pénibilité de leur métier, il s’agit en fait de lutter contre l’absentéisme d’une catégorie de salariés qui sont surtout particulièrement exposés aux maladies et accidents du travail. Un principe contre lequel le groupe communiste s’est prononcé, par la voix de Claude Mellier.

Lors de la présentation du plan santé-sécurité en juillet 2010, nous avions exposé notre opposition à l’instauration d’une prime d’assiduité. Notre position n’a pas changé et je la rappelle : Nous sommes contre le critère d’assiduité, qui, en l’absence de règles d’évaluation, risque de nous renvoyer sur une pénalisation de l’absence qui est essentiellement dûe à la maladie et aux accidents de travail. Et dans ce cas, nous instaurons un régime discriminatoire sur la base de la santé. Ce qui serait immoral et illégal.

Il est quand même paradoxal de reconnaître la pénibilité tout en sanctionnant une de ses conséquences :larrêt de travail. Pour favoriser la reconnaissance du travail des agents, plutôt qu’instaurer une prime, il faut augmenter d’autant les salaires ! De plus, je rappelle que la majorité des primes n’est pas prise en compte dans le calcul des retraites, ce qui n’est pas un détail pourtant trop souvent oublié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *