Un plan d’urgence Piscines pour Bordeaux et la Gironde !

Élue communiste d’Ambares-et-Lagrave, Odile Blein a tenu à alerter le conseil de Cub de ce 26 septembre sur le sous-équipement En bassins de natation de l’agglomeration bordelaise. A Ambares, faute de moyens suffisants, le maire a même décidé la fermeture « définitive » de la piscine municipale. Inconcevable pour les elus communistes qui ont demandé à Alain Juppé de réunir toutes les collectivités concernees et d’interpeller l’Etat pour établir un véritable plan d’urgence Piscines sur la CUB.

Nous souhaitons alerter cette Assemblée sur la situation très inquiétante des équipements sportifs dans notre agglomération.

Le journal Sud-Ouest s’en est fait l’écho hier, avec la piscine Galin et celle d’Ambarès, ce sont deux bassins de natation qui vont manquer aux habitants de la CUB, et particulièrement de la rive droite. Situation à laquelle la mairie de Bordeaux ajoute un recul sur le bassin qui était prévu pour le quartier Euratlantique.image

Déjà faiblement dotée en bassins de natation, notre agglomération subit là des pertes qui vont être particulièrement dommageables pour ses habitants quelle que soit leur pratique. Pour la pratique des scolaires, pour les clubs sportifs ou pour les activités de loisirs, les piscines sont un atout majeur d’un territoire. C’est d’ailleurs ce qu’ont signifié plus de 2300 ambarésiens qui ont signé la pétition pour que vive la piscine d’Ambares. Force est de constater qu’au moment où la CUB va recevoir plus d’habitants, elle dispose de moins d’équipements.

Cette situation, nous en avons conscience, n’est pas le fait de la décision de telle ou telle municipalité, et encore moins de celle de la CUB. Nous ne souhaitons d’ailleurs pas qu’elle prenne la compétence sur les équipements sportifs de proximité. Il y a là, évidemment, et en particulier sur la zone d’Euratlantique, une responsabilité directe de l’État dans sa fonction d’aménagement du territoire et de promotion du sport pour tous.

Nous en faisons l’expérience à Ambarès, les villes seules sont bien démunies dans le contexte austéritaire actuel. Il est donc urgent d’interpeller collectivement les ministères concernés afin de dégager les moyens nécessaires.

A notre niveau, nous vous demandons, Monsieur le Président, de réunir tous les élus concernés afin d’établir un plan d’urgence pour lespiscines à l’échelle de l’agglomération, voire du département, et avec lesconseils général et régional.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *