Polémiques, petites manoeuvres et restrictions budgétaires

Le conseil de CUB de ce 23 novembre a été fortement marqué par les propos d’Alain Juppé qui s’est étendu dans la presse locale sur la nécessité de « revisiter le budget de la CUB », c’est à dire de lui appliquer une politique d’austérité. Propos choquants et dangereux qu’ont dénoncé les élus communistes et apparentés. Même si, dans son intervention liminaire, Max Guichard a rappelé à Vincent Feltesse (PS) que les communistes seraient plus à l’aise pour répondre au maire de Bordeaux « si le gouvernement Ayrault menait une véritable politique de gauche et si vous n’aviez pas voté le traité budgétaire européen ». Sentiment développé par Jean-Claude Galan dans le cadre du débat d’orientations budgétaires. Voici son intervention:

Les orientations budgétaires que vous nous présentez semblent frappées du sceau du bon sens et du sérieux. Si, comme certains le souhaitent, notre établissement venait à être noté par quelque agence internationale, elle vous adresserez à coup sûr un triple A.
Mais, comme nous sommes attachés aux ambitions sociales, écologiques et économiques de cette agglomération, le groupe des élus communistes ne souhaite pas un tel malheur à la CUB. Car, le gouvernement en fait chaque jour l’amère découverte: les lauriers dressés par les marchés financiers sont vite retirés. Mais les dégâts qu’ils auront causés, eux, restent.
Comme l’ensemble des collectivités locales, notre établissement voit donc les dotations de l’Etat baisser de manière continue, ses compétences étendues et ses pouvoirs en matière fiscale amoindrie. C’est l’effet ciseau que vous décrivez parfaitement bien. Le triple A de la CUB est donc très éphémère et, comme au niveau européen, il nous amène inévitablement vers les mauvaises vieilles recettes que sont la baisse des investissements et la hausse des impôts ménages. De ce point de vue, les les déclarations faites au congrès des Maires ou aux rencontres de l’ACUF ne sont pas faites pour nous rassurer. Et encore moins les déclarations d’Alain Juppé dans le journal de ce matin.
Nous sommes donc très inquiets d’entendre ici et là que certains grands équipements ou grands projets pourraient être reportés ou réétudiés. C’est inquiétant pour l’ambition que nous portons ensemble sur cette agglomération. Ca l’est aussi pour la dynamique sociale et économique du territoire. Notre établissement est un des principaux moteurs d’une économie locale très fragile. Ceci doit être bien présent dans nos esprits.

Colere des peuples
http://whisperpress.wordpress.com/2011/05/03/1er-mai-may-day/

Mais nous sommes conscients qu’un des freins à ces ambitions est l’accès au financement. Après avoir été sauvées par la puissance publique, les banques présentent la facture aux collectivités pour reconstituer leurs marges. C’est inacceptable. Et nous ne comprenons donc pas pourquoi notre établissement renonce au rôle d’éclaireur qu’il aurait pu jouer en convoquant une conférence bancaire sur le territoire, afin de permettre le financement prioritaire des investissements utiles. C’est une erreur stratégique et politique.
Ajoutons que la conférence économique et sociale, qui est encore à l’ordre du jour, serait grandement appuyée dans ses ambitions par une conférence bancaire.
Enfin, notre groupe n’acceptera pas non plus que l’addition de l’effet ciseau soit présentée aux ménages de notre agglomération. Quand 17% de nos concitoyens sont inscrits à Pôle Emploi, il n’y a que les agences de notations qui peuvent juger sérieux de prendre dans ces poches là l’argent qu’on ne prend plus dans les caisses des grands groupes.

Pour finir, monsieur le président, chers collègues, nous vous demandons d’aller jusqu’au bout des constations faites dans le document préparatoire à ce débat : les politiques d’austérités mènent à une impasse dangereuse pour les peuples. Il faut donc leur tourner le dos en continuant d’assumer des politiques ambitieuses pour les services publics, le logement social, les transports publics,… Cela nécessitera de rompre avec les engagements pris devant les marchés financiers, à commencer par le Traité budgétaire européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *