Pôles de compétitivité: toujours sur le dos des salariés… et des collectivités !

Le conseil de CUB du 25 mai avait à approuver un convention triennale (2012-2014) pour le pôle de compétitivité de l’aéronautique, Aerospace Valley. 100 000 euros par an pour soutenir les grands groupes du secteur… Une politique à laquelle les élus communistes se sont dès le départ opposés. Ce qu’a rappelé Max Guichard, espérant que la gauche désormais au pouvoir change le cap !

« Notre position sur les pôles de compétitivité n’a pas changé. Il s’agit d’outils de subvention déguisés et d’accompagnement de la concurrence exacerbée entre les grands groupes. La CUB décidant même de mettre un de ses agents à la disposition des grands groupes de l’aéronautique pour faire fonctionner l’Aerospace Valley. Une décision lourde alors que nous sortons de 5 années de RGPP. La place des fonctionnaires est aux côtés des populations, pas auprès des grands groupes bénéficiaires.

Grande bénéficiaire des aides des collectivités locales, l’industrie aéronautique n’a de cesse de mettre les salariés en concurrence pour mieux assurer ses taux de profit.

Depuis 5 ans, l’ensemble de cette assemblée tente de nous expliquer que nous portons un regard rétrograde sur ces pôles de compétitivité. Mais personne n’a réussi à nous expliquer comment on pouvait accepter de financer la baisse du coût du travail pour des groupes qui, d’EADS à PSA en passant par Areva, n’ont pas besoin de cela pour supprimer des emplois.

 Nous réitérons donc notre vote contre ce pôle de compétitivité et invitons la majorité qui sortira des urnes dans quelques semaines à se positionner pour une politique de soutien vigilent face aux grandes groupes industriels et pour une politique de remise en marche des outils publics de recherche et de formation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *