Pont Bacalan-Bastide: il faut finir le travail !

Si la construction du nouveau pont entre les quartiers Bacalan et Bastide a fait un grand pas la semaine dernière avec la pose de sa travée centrale, les élus majoritaires ont pour leur part du mal à passer la vitesse supérieure concernant le type de transports qui y circulera. Pour l’heure, ce sont toujours des lignes de bus qui y sont prévues. Insuffisant, a rappelé Max Guichard, exigeant une nouvelle fois que s’accélère la mise en place d’un transport sur rail sur ce pont.

Il y a quelques jours, nous avons tous assisté à cet événement qu’a constitué la pose de la travée centrale du pont Bacalan-Bastide (dit pont Chaban-Delmas). Et c’est parce que nous ne boudons pas notre plaisir de voir enfin réalisé ce franchissement rive droite-rive gauche que nous voulons marquer, une fois de plus, notre impatience à « finir le travail ».

L’idée de franchissement à cet endroit précis, que les élus communistes portent depuis près de 30 ans répond à deux idées simples :

–     le besoin d’une traversée intra-urbaine fluidifiant les déplacements domicile-travail des habitants et salariés des deux rives.
–    et la garantie d’un transport en commun public par rail, connecté en boucle à la ligne de ceinture SNCF.

Pour que la fête soit complète, il faut donc que l’essence même de la genèse de cet ouvrage « faciliter les déplacements entre deux rives », soit traitée jusqu’au bout :

A savoir, le raccordement par tram, ou tram-train, des gares de Cenon Pont Rouge et Cracovie !

En effet, on ne peut ignorer les limites objectives de la fonction « routière » de ce franchissement, tant la pression grandira encore pour les déplacements pendulaires domicile-travail, d’autant que cela s’accompagnera d’une urbanisation énorme des deux rives en têtes de pont (près de 10000 logements en projet de part et d’autre) .

Pont Bacalan Bastide
Les élus communistes avaient tenu une conférence de presse sur les quais rive gauche, la veille de la pose de la travée centrale, afin de marquer leur impatience de voir le tram installé sur le pont Bacalan-Bastide.

Il faut donc, nous semble-t-il, avoir l’ambition d’un maillage du réseau de transport en commun réorienté vers le rail. Plus écologique, plus sûr, plus rapide, plus efficace, plus économique, ce tram-train de ceinture pourrait devenir cette épine dorsale d’un réseau non plus égocentré vers une ville-centre saturée, mais drainant Bassins à flot, Cracovie-Bruges, Caudéran, Arlac, Pessac, St Jean-Euratlantique, Benauge, Cenon Pont rouge et Bastide Niel, avec lignes de bus en correspondances.

Ce d’autant plus que, lorsqu’ici nous décidons de l’utilité première d’un investissement en termes de transports, nous savons trouver les financements, comme nous avons su le faire pour le tram-train du Médoc avec ses importants avenants, comme l’illustre la prochaine délibération que nous voterons.

Et, bien entendu, cette intervention ne s’inscrit pas dans la rigueur plus ou moins annoncée, que nous réfutons car elle est porteuse d’encore plus d’austérité et donc de crise dont les ménages sreaient, encore une fois, les grandes victimes.

C’est donc de la réponse à cet enjeu que dépendra le succès, in fine, de ce pont… Pour que, d’objet de curiosité des premiers mois, il devienne source de satisfaction, à terme, pour ceux qui travaillent !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *