La privatisation de l’énergie contre l’égalité des citoyens et des territoires

A l’occasion de l’adhésion de la CUB à un groupement d’achats dans le domaine énergétique, Jean-Claude Feugas est revenu, en septembre dernier sur la libéralisation de ce secteur. « En mettant en œuvre la déréglementation et donc la libéralisation de l’énergie, les collectivités abandonnent la réponse aux besoins des populations pour se tourner vers l’appui pure et simple aux appétits financiers des grands groupes de ce secteur.

Les tarifs réglementés, c’est la garantie pour les usagers, qu’ils soient des particuliers ou des collectivités, d’accéder à l’énergie indépendamment de leur proximité ou non d’une ressource ; et la garantie de payer un prix identique quelque soit la taille de la collectivité. C’est le principe de la solidarité et de l’égalité entre les territoires. Bref, c’est la définition même d’un service public.

Alors que certains nous vantent les  vertus de la concurrence pour faire baisser les prix, les groupes privés se battent devant les tribunaux afin d’obtenir une augmentation de ces tarifs. Pour preuve les attaques systématiques des groupes privés contre le gel des tarifs réglementés devant le Conseil d’État qui a conduit à une hausse rétroactive des tarifs de l’électricité au printemps dernier.

Il y a là une contradiction qui annihile l’argumentation développée, et qui montre combien ces directives ne sont qu’une supercherie envers nos concitoyens.

Voilà pourquoi notre groupe s’abstient sur les délibérations qui ne portent que la déclinaison de ces politiques de libéralisation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *