Rappeler à Ford ses engagements

Après le comité d’entreprise du 4 juillet, Gilles Penel a interpellé les élus de la CUB et en particulier son président afin qu’ils adoptent un ton ferme vis-à-vis du constructeur automobile qui, comme PSA-Citroën à Aulnay-sous-bois, ne fait que peut de cas des acteurs locaux, des salariés et de leurs représentants.

Comme vous le savez un comité de pilotage sera enfin réuni le 7 septembre prochain autour du Préfet et avec les principaux acteurs du dossier Ford. Vous le savez aussi, après nous avoir baladés de nouveaux dirigeants en nouveaux dirigeants, le groupe Ford a daigné répondre aux questions des organisations syndicales lors du comité d’entreprise réuni le 4 juillet dernier.

Mais, comme l’a relevé le préfet lui-même, les réponses apportées ne sont pas rassurantes. Sur l’ensemble des secteurs de l’entreprise, les projets développés le sont à minima. Surtout, nous ne voyons pas émerger l’ombre d’une stratégie cohérente visant au maintien effectif du site de Blanquefort et des 1000 emplois qui y sont attachés. 1000 emplois, un objectif dont rien n’indique que Ford a l’intention de les atteindre. Avec les projets présentés en CE, tout juste arrive-t-on à 825 emplois !

Une situation qui met Ford en difficulté face aux engagements pris devant les collectivités locales. Comme sur le dossier de PSA Citroën, qui vient de faire les scandaleuses annonces que l’on sait, les pouvoirs publics doivent prendre le parti du maintien de l’activité industrielle. Cela nécessite des actes forts.

Nous espérons donc, Monsieur Le Président, que c’est un discours de fermeté que vous tiendrez lors du comité de pilotage pour Ford, du 7 septembre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *