Rapport sur les déchets: faire mieux pour l’environnement

Commentant les rapports d’activité sur la collecte et le traitement des ordures ménagères, Jean-Claude Feugas a rappelé les propositions du groupe communiste pour une meilleure valorisation de ces déchets.

Le Grenelle de l’Environnement s’est fixé comme objectif majeur de réduire la production de déchets. La politique de notre établissement en ce domaine est plutôt satisfaisante, les résultats atteints en 2011 étant inférieurs à ceux préconisés par le Grenelle.

Quelques remarques cependant, à la lecture de ce rapport :

A propos de la démarche participative citoyenne : la CUB souhaite initier «  une réflexion de fond sur la politique de gestion durable des déchets ». L’intention est louable, mais dans la liste des acteurs concernés et invités à se joindre à cette démarche, les professionnels ne sont pas cités. Ce n’est pas la première fois que nous pointons un tel manque.

À propos de la redevance spéciale : nous constatons que son produit, depuis 4 ans, stagne à hauteur de 2,9 millions d’euros, ne progressant que de 0,82% en 2011. Nous avons déjà alerté sur ce point – et une étude commandée par notre établissement l’avait conforté – que nous perdons là des ressources potentielles. D’autant que, dans le même temps, alors que des professionnels échappent à la redevance spéciale, les établissements d’enseignements publics (lycées et collèges) ne bénéficient d’aucun abattement. Nous pensons que le législateur doit modifier les distorsions entre le public et le privé.

À propos du traitement des mâchefers : le traitement et la valorisation de ceux-ci continuent d’évoluer significativement. Ayant à maintes reprises porté des propositions en ce sens, cette amélioration nous satisfait. Toutefois, nous regrettons toujours qu’un projet de plate-forme de maturation en bord du fleuve n’ait pu voir le jour sur l’agglomération. La structure existante actuellement, de par son éloignement, génère une circulation de camions et donc de la pollution. Nous maintenons donc notre volonté de voir reprise l’étude d’une plate-forme de maturation en lien avec l’utilisation de la Garonne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *