Risque inondations : l’Etat doit rester dans le jeu.

Michèle Iste a donné la position des élus communistes et apparentés sur le programme d’action PAPI de prévention des inondations. Regard positif mais qui ne se satisfait pas du désengagement de l’état.

Nous ne pouvons qu’être favorable à un programme d’action de prévention contre les inondations. Les derniers épisodes climatiques ont montré sur notre département mais aussi dans les départements voisins, le caractère dramatique de tels évènements.

 Ces inondations ont été aussi un révélateur national de l’état catastrophique de nos digues, elles ont montré aussi les limites de ces seules politiques d’endiguement. A partir de là l’objectif de construire un programme d’action allant de  l’océan à Latresne et Asques nous apparaît être une nécessité et donc une bonne réponse, aux problèmes. Nous devons utiliser comme outil de coopération le SMIDDEST.

Mais la réponse financière qui est en train de se construire ne peut nous convenir.  En effet jusqu’à présent l’Etat était l’acteur principal dans le financement et la mise en œuvre des plans inondation. Ce qui nous est proposé avec le PAPI revient à un désengagement de 50 à 60 % des financements de l’Etat, faisant reposer sur les collectivités, l’investissement  tout d’abord puis l’entretien. Si les collectivités sont des acteurs locaux essentiels par leurs connaissances des besoins, l’Etat reste la garantie d’une solidarité nationale.

 Dans ce cadre nous aurions préféré une délégation de l’Etat qui assure un financement national tout en permettant d’impliquer les collectivités sans  que cela ne pèse sur leur budget. Nous nous abstiendrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *