Robert-Picqué. La Métropole adopte une motion de soutien

Le groupe des élus-es communistes a proposé ce matin au conseil de Métropole, l’adoption d’une Motion exigeant le maintien d’une offre de soins publics sur ce secteur Sud de l’agglomération bordelaise. Motion adoptée à l’unanimité et au sujet de laquelle Max Guichard insisté sur le rôle de l’Etat dans le financement et le développement de solutions valables. D’autres, comme le maire de Talence, ont précisé que la maintien sur le site actuel de Robert-Picqué est toujours la plus logique des solutions.
Cette Motion est en tous cas un point d’appui pour les citoyens réunis en collectif pour la défense de ce service public essentiel.

Motion pour le maintien et le développement du Pôle public de santé Robert-Picqué et de l’offre de soins pour l’agglomération

Le sort de l’hôpital d’instruction des armées Robert-Picqué inquiète légitimement les habitants du secteur : plus de 750 personnels civils et militaires, une capacité d’accueil de 242 lits dont 9 lits de réanimations et 4 d’urgence, cette offre de santé de proximité est également appréciée pour la qualité des soins, l’efficacité des urgences, la diversité de spécialités exercées, la disponibilité et les compétences de son personnel, son accessibilité et son parking ou encore son hélistation.

Dans le cadre du projet du service de santé des armées SSA 2020, le ministère de la Défense a fait le choix de recentrer la médecine militaire sur les objectifs opérationnels et de l’intégrer dans un nouveau modèle bâti autour de plateformes hospitalières.

Au sein de cette nouvelle organisation du SSA, Bordeaux doit demeurer l’une des 4 plateformes régionales de la médecine des armées avec Brets, Lyon et Metz. La médecine militaire doit donc être maintenue dans notre aggglomération.

Le Groupement de coopération sanitaire (GCS) dit BAHIA entre l’hôpital d’instruction des armées Robert-Picqué et la Maison de santé protestante de Bagatelle, suscite des interrogations légitimes quand au maintien de l’offre de soins et au devenir des personnels civils et militaires.

Le Conseil de Métropole demande à l’Etat, via l’Agence régionale de santé (ARS), de s’engager concrètement pour que cette offre de soins publique ne disparaisse pas du Sud de l’agglomération. Celle-ci pourrait se maintenir sur le site actuel ou se développer au travers d’un pôle public de santé (Bagatelle/Robert-Picqué), avec les mêmes missions qu’aujourd’hui et la préservation des emplois et des statuts des personnels.

2 réflexions au sujet de « Robert-Picqué. La Métropole adopte une motion de soutien »

  1. Merci pour cette motion. R.V. le jeudi 16 juin 2016 à 18h pour la manifestation de soutien, qui ira de Bagatelle à Robert PICQUE

  2. Bravo pour cette position.
    Mais insistez sur le fait que l’offre de soins de ce pole ne doit pas être pas être récupéré par la médecine hors convention (secteur 2), ce qui est déjà le cas à RP,où l’on paie des dépassements (ORL en particulier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *