SAEMCIB: toutes les solutions seront meilleures que de vendre à Auchan !

A Bègles, les locataires de de la SAEMCIB en sont encore abasourdis: c’est par voie de presse qu’ils ont appris que leur patrimoine commun, la société de gestion communale des logements sociaux, pourait être vendu au mieux-disant financier.  Mieux-disant qui se trouve être un organisme lié à la famille Mulliez, propriétaire du groupe Auchan. Une aberration à laquelle les communistes béglais comme de nombreux citoyens ne se résignent pas. Ce que Vincent Maurin a exprimé en conseil de CUB ce 26 avril, en appelant à des recherches d’alternatives. Appel malheureusement ignoré par ce conseil et par les représentants de Noël Mamère à la CUB.

Je n’ajouterais rien à ce qu’a dit précédemment mon camarade Jean-Claude Galan sur le logement social même si, avec 7% de logements sociaux dans cette zone, la ville de Bègles ne s’honore pas vraiment. Mais nous l’avons déjà dit à maintes reprises.

Nous invitons cependant le conseil de CUB a se montrer vigilant quant aux subventions octroyées au titre de la création de nouvelles salles de classes au sein de l’école Joliot Curie. Il semblerait que ces créations se fassent sur la ZAC mairie, au détriment d’un quartier très populaire. Ce serait évidemment inacceptable. De nombreux citoyens béglais, associations et parents d’élèves appellent à la vigilance pour que la reconstruction de l’école maternelle se réalise sur son site actuel, au sein du groupe scolaire, dans ce quartier en cours de densification.

Mais j’en viens au cœur de l’inquiétude de nombreux citoyens de cette commune ; il concerne l’avenir de la société d’économie mixte d’aménagement et de gestion du parc social de logements, la SAEMCIB. Par voie de presse, les béglais ont en effet récemment appris que cet outil de gestion pourrait être livré à Vilogia, organisme lié au groupe Mulliez plus connu pour son art de remplir les chariots que pour sa capacité à garantir le bien public.

Cette décision serait grave car elle consacrerait le seul pouvoir de l’argent et du moins-disant social sur tous les domaines, y compris donc le logement social. Disons le tout net, ce n’est pas le sens que nous donnons à une gestion progressiste du logement social. D’autant que nous sommes persuadés que d’autres solutions existent. Certes, la situation financière de la SAEMCIB est très difficile – les élus du groupe communistes, républicains et citoyens de Bègles ont eu l’occasion de dire ce qu’ils en pensent.

Mais nous pouvons entendre que les enjeux d’aménagement, de renouvellement urbain et de gestion du parc locatif public sont lourds et peut-être trop lourds pour une gestion communale. Nous en avons d’autres exemples. Mais n’est-il pas alors du rôle de notre établissement et de celui du département de réfléchir à des regroupements de compétences et de savoir-faire pour continuer d’assumer un service public du logement ? Nous avons pour ce faire des atouts existants, comme les organismes d’aménagement qui œuvrent sur le département.

Le conseil municipal de Bègles n’ayant pas encore statué, nous pensons qu’il est encore temps d’y réfléchir. Et nous sommes sûrs que toutes les solutions seront meilleures que celle de s’en remettre aux appétits des grands commerçants.

Pour en savoir plus, voir aussi le blog du Front de gauche de Bègles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *