SPL Aménagement. Le logement a besoin de démocratie

Pour mener à bien ses projets liés au programme « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs », la CUB met en place une Société publique locale (SPL) qui prendra en charge la partie aménagement de ces projets. Un outil qui requiert toute la vigilance des élus de la CUB et des communes concernées. Un outil qui ne doit pas faire oublier l’objectif de plus de logements sociaux, plus de transports et plus d’emplois pour les habitants de la CUB. Intervention de Vincent Maurin, lors du conseil du 25 novembre 2011.

 

Si, comme cela nous est présenté, la création de cette SPL répond à la volonté de mise en œuvre efficace et cohérente d’ambitions fortes en matière d’aménagement urbain, nous ne pouvons que l’approuver. Il faudra (le document qui nous est présenté ne le fait pas) nous expliquer ce qu’il adviendra alors des services d’urbanisme de la CUB.

 

Nous  soulignons encore que cette stratégie n’est viable qu’à la condition de se doter d’une politique foncière forte, qui vise à extirper nos opérations d’inflations foncières qui les plombent trop souvent.

 

Nous attirons simplement l’attention sur le fait que cette politique ambitieuse doit être un cran au-dessus de ce qui nous est jusqu’alors présenté. Nous aurons l’occasion d’y revenir en conseil mais pour notre groupe, l’objectif en terme de logements vraiment sociaux doit être porté à 50% pour chaque opération. Ce n’est pas une lubie des communistes mais une nécessité si nous voulons prendre à leur juste niveau les difficultés sociales auxquelles sont confrontés nos concitoyens.

 

Nous serons aussi vigilants sur la transparence que pourra offrir cette société. Les élus communautaires doivent pouvoir conserver un regard sur toutes les opérations en cours, comme les services d’urbanisme nous permettent de le faire aujourd’hui. Ce contrôle ne peut en effet être laissé entre les seules mains des 10 représentants de la CUB au conseil d’administration de cette SPL. C’est un souci démocratique qui nous guidera aussi vis-à-vis de la SPL créee pour Aéroparc.

 

–          Enfin, nous observons que notre établissement profite de cette création pour se retirer partiellement de BMA. Nous restons cependant attachés à ce que les projets de la ville de Bordeaux restent en parfaite cohérence avec ceux de notre agglomération.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *