Emploi: il faut se mobiliser, vraiment, pour l’emploi et l’industrie !

Un partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie ? Le groupe des élus communistes et apparentés y est favorable. A condition que les sujets sociaux et environnementaux y soient aussi abordés. Ce qui est trop peu le cas dans l’état actuel, alors même que la CUB, comme l’Europe entière, souffre de suppression d’emplois et de désindustrialisation. Au nom du groupe, Max Guichard en a donc appelé à une mobilisation renforcée au service de l’emploi, de l’industrie et des conditions de travail. Continuer la lecture de Emploi: il faut se mobiliser, vraiment, pour l’emploi et l’industrie !

Les travailleurs de la CUB attendent le changement !

Voici la tribune du groupe des élus communistes et apparentés parue dans le journal de la CUB du 4ème semestre.

Journal CUB

« Notre pays vient de traverser 10 années de gouvernement de droite ; 10 années de libéralisme, d’exonérations de cotisations sociales et de cadeaux fiscaux aux grands groupes de l’industrie et de la finance. 10 ans pour un résultat : 4,5 millions de chômeurs, des plans de licenciements en pagaille et des territoires abandonnés. Et nos territoires aquitains, girondins et de la CUB ne sont pas épargnés : 56 157 demandeurs d’emplois pour notre seule agglomération, soit 16,4% de la population active. Pire, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi n’ayant plus aucune activité salariée (catégorie A) a augmenté de 8,8% en un an.

Voilà donc le résultat des politiques d’accompagnement de la rentabilité financière. C’est la raison pour laquelle le groupe des élus communistes et apparentés s’oppose systématiquement aux inefficaces systèmes d’exonérations de cotisations et à la substitution de l’argent privé par l’argent public.

C’est le cas des aides financières aux entreprises bénéficiaires : aider les projets industriels prometteur est une chose ; mais verser, sans contreparties réelles  2,5 millions à un géant mondial comme Ford, qui montre plus d’empressement à verser de généreux dividendes à ses actionnaires qu’à tenir ses engagements de réimplanter 1000 emplois sur Blanquefort, cela tourne à l’indécence. C’est pourquoi notre groupe avait proposé que plus aucune subvention ne soit accordée par la CUB à des entreprises versant des dividendes à ses actionnaires. Nous n’avons malheureusement pas été entendus.

Les entreprises françaises, dont toutes les études montrent qu’elles disposent d’une main d’œuvre des plus productive, n’ont pas besoin de cela. Et il faudra bien que la gauche prenne la décision d’inverser les logiques. Qu’elle se montre ferme face aux appétits des marchés financiers et du MEDEF ; qu’elle redonne un avenir à une industrie puissante, innovante, respectueuse des hommes et de leur environnement. C’est, nous le croyons, ce type de changement qu’attendent les travailleurs de ce pays et qui nous permettra d’atteindre l’objectif de 75 000 emplois créés sur la CUB d’ici 2030. »

Groupe communiste à la CUB: on ne lâche rien !

A la veille d’un conseil de CUB chargé et au lendemain d’élections nationales qui ont quelque peu bousculé l’échiquier local, Max Guichard a tenu une conférence de presse pour clarifier la ligne politique du groupe des élus communistes et apparentés. Loin des « coups politiques » et des postures politiciennes, l’intérêt des classes populaires et des travailleurs restera le seul aiguillon de ces élus. Une ligne qui sera très vite mis à l’épreuve des questions de mode de gestion des services publics, de maîtrise du foncier ou d’aide aux entreprises. Continuer la lecture de Groupe communiste à la CUB: on ne lâche rien !