Taxer les ménages, ils sont d’accord. Mais les entreprises…

Comme le journal Sud-Ouest s’en est fait l’écho, le conseil du CUB de ce 15 novembre a mis à jour une vraie fracture entre le groupe communiste qui refuse catégoriquement les hausses de tarifs pour les usagers des services publics et toutes les autres forces présentes qui, pour certains les acceptent, pour d’autres les souhaitent. Et sans surprise, la même fracture a été dévoilée lorsqu’il a été question de la taxation des grandes entreprises qui vont l’installer sur le zone Aeroparc, à Mérignac. Là encore, par la voix de Max Guichard, le groupe communiste s’est exprimé pour plus de justice fiscale. 

M GuichardCertains ici pourront se féliciter ou s’inquiéter de voir cette taxe d’aménagement sur le secteur de l’Aeroparc subir un taux majoré de 2,6% à 10 %. Nous pourrions nous même nous satisfaire d’une telle évolution d’une taxe économique à un moment où, après la suppression de la taxe professionnelle sous l’ère Sarkozy, nous assistons à une multiplication des allègements de taxes ou d’impôts pour les entreprises les plus importantes notamment, dès qu’elles élèvent la voix dans un concert médiatique savamment orchestré.

Mais voilà, au cours de la commission développement économique, nous avons appris, ce qui n’est pas dans cette délibération, que cette taxe pourrait évoluer jusqu’à 20%. Je rappelle que sur le périmètre de l’Aéroparc existent de grands donneurs d’ordres (comme Dassault – Sabena technics – Héraklès – EADS). Autant de donneurs d’ordres qui ont une surface financière dont l’actionnariat pourrait facilement assumer un tel impôt économique.

Si nous faisions le différentiel entre la taxe professionnelle – aujourd’hui remplacée par la cotisation foncière des entreprises (CFE) – et cette taxe, il resterait largement assez de bénéfices à ces acteurs économiques. Bénéfices qui se feront au détriment des besoins urgents des habitants de la CUB tels que le débat sur nos orientations budgétaires nous le font vérifier avec les complaintes habituelles de chaque élu ici.

Complaintes qui risquent, dès nos prochains budgets, de trouver une réponse sur le dos des usagers au travers des hausses de tarifs ou de majoration d’impôt ménage par exemple. Et certains dans cette assemblée auront certainement beaucoup moins d’état d’âme.

Mais voyez-vous, quand je lis les budgets des différentes collectivités territoriales sur le plan national et les commentaires qui s’en suivent, ce sont les mêmes contraintes, les mêmes complaintes mais aussi les mêmes manques d’état d’âme vis-à-vis des ménages, qui apparaissent.

Combien de temps encore allons-nous nous laisser enfermer dans les mêmes causes qui produisent les mêmes effets, les mêmes sacrifices pour nos populations ? Donnons un autre sens à notre développement économique qui doit imposer un partage de richesse, et plus de solidarité avec son territoire. Porter cette taxe à 20% serait un signe visible pour un tel sens.

Dans le sillage de la Marche pour une révolution organisée le 1er décembre à Paris, les communistes girondins ont initié une pétition contre la hausse la TVA. Un rassemblement sera également organisé, le 30 novembre à Bordeaux. SIGNEZ LA PETITION !

Une réflexion sur « Taxer les ménages, ils sont d’accord. Mais les entreprises… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *