Tendre vers le zéro déchets, c’est possible ?

Jean-Claude Feugas a fait, en juillet, quelques commentaires sur le rapport annuel de la CUB sur la collecte et gestion des déchets. Soulignant les progrès réalisés par la CUB, l’élu communiste lormontais pose quelques pistes pour aller vers des objectifs plus ambitieux.JC Feugeas

Nous voulions faire quelques remarques sur le rapport des ordures ménagères tout d’abord pour des félicitations concernant les résultats obtenus ces dix dernières années sur le tri dans notre agglomération. C’est un vrai bond en avant que nous avons réalisé, le début d’une révolution comportementale.

Vous savez combien notre groupe a toujours été attentif à cette question, que ce soit sur l’utilisation et le développement de la torche à plasma, ou sur notre demande répétée de la création d’un centre de maturation des mâchefers qui a enfin vu le jour.

C’est un effort technique conséquent qui a été réalisé par nos services et les entreprises avec qui nous coopérons, mais aussi, et c’est tout aussi important, un énorme effort pédagogique qui a été réalisé, ainsi qu’une appropriation citoyenne des enjeux autour de cette question.

Cependant, comme le pointe le Grenelle, on peut passer à une autre étape de notre politique des déchets, en se fixant de nouvelles ambitions, tout aussi élevées que celles que nous avons eu quand nous avons lancé cette politique.

Pour notre part nous pensons qu’il faut se fixer des objectifs ambitieux à long terme, pour améliorer tant notre volume de déchets que notre taux de recyclage. Il nous semble qu’il existe encore de nombreux leviers tant pédagogiques, en direction de notre population et des établissements publics, privés, que techniques. Mener à bien ces objectifs nécessite de se doter d’outils de coopération et de mutualisation ainsi que d’une communication à la hauteur d’enjeux environnementaux de haut niveau.

Je veux noter notamment l’excellent travail fait par la CUB en direction des tous jeunes scolaires des écoles maternelles et primaires. Des milliers d’écoliers des 28 communes peuvent chaque année être engagés, avec leurs enseignants, dans des projets d’éducation à l’écocitoyenneté au travers d’actions de sensibilisation ou de projets pédagogiques, avec des parcours tels que la consommation et les déchets ménagers, l’eau, la biodiversité, les énergies et les déplacements.

C’est à partir de tout ce rayonnement que se sont tenus au Parc Palmer du 2 au 6 juin dernier les Journées des Juniors du Développement durable avec la rencontre de 4000 jeunes citoyens.

Pour y avoir participé en tant qu’élu communautaire, j’y vois l’exemple parfait de la prise de conscience que les jeunes sont en mesure de traduire et de perpétuer dans leurs comportements d’enfants, d’adolescents puis d’adultes responsables.

A ce titre, et au moment où il est bien vu de dénoncer les « 1000 feuilles » nous nous étonnons de la persistance d’une séparation des systèmes de gestion de collecte sur le territoire de l’agglomération.

C’est une bizarrerie à laquelle, pour notre part, nous ne nous habituons pas. Tendre vers le zéro déchet, cela nécessitera de passer un cap en la matière notamment en appui d’une totale gestion publique sur l’ensemble de l’agglomération.

Voir un article intéressant sur l’expérience californienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *