Transports: c’est le réseau ferré qu’il faut doper !

Le bureau de CUB de ce 18 septembre aborde les orientations du Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains (SDODOM). Ce document aborde les futures orientations en matière de transport au sein de l’agglomération, telles que décrites le matin même dans Sud-Ouest. Au nom du groupe communiste, Max Guichard et Claude Mellier ont exprimé leurs inquiétudes face à des orientations qui manquent surtout d’ambition sociale.

Ces orientations ne tournent hélas pas le dos aux prolongements de lignes de tramways sur lesquels notre groupe a toujours émis de sérieux doutes quand à leur rentabilité sociale. L’amélioration des dessertes en bus sur la ligne Caudéran/Saint-Médard-en-Jalles nous paraît justifiée. Mais la vision, par exemple, d’un prolongement du tramway à Mérignac qui n’aurai pour seul but de desservir l’aéroport, nous semble hors de propos. D’une part parce que nous ne voyons pas en quoi la proposition faite apporte une amélioration par rapport au service de navette existant entre la Gare et l’aéroport. Ensuite parce que c’est bien de la desserte de l’ensemble du bassin d’emplois de Mérignac qui doit être au cœur de la réflexion ; ce qui ne passe pas forcément par une ligne de tramway.

pont BBEnfin, nous regrettons que la réflexion sur le TCSP sur le pont Bacalan-Bastide soit l’occasion de tourner le dos à la nécessaire revitalisation de la ligne de ceinture ferroviaire. Pas une grande agglomération européenne n’est dépourvue d’un système de transport ferroviaire important (Métro, RER,…) ! Et le développement de notre agglomération, en nombre d’habitants comme en relation avec les agglomérations voisines, rend indispensable cette vision circulaire des modes de transport.

Il ne s’agit pas, comme le caricature le rapport, de voyager sur la « liaison circulaire complète » mais bien d’offrir des points d’accroche au réseau de transport en commun, d’où que l’on vienne dans l’agglomération.

Nous ajoutons que l’hypothèse d’un travail sur l’utilisation des boulevards, s’il elle est certainement nécessaire, sera très probablement beaucoup plus coûteuse et moins efficace que la ligne de ceinture existante.

Nous espérons que les débats à venir permettrons de passer une étape qualitative dans notre approche des transports en commun. Qu’enfin, nous pensions ceux-ci comme une réponse aux besoins sociaux, dans et hors de notre agglomération. Une fois encore, nous appelons de nos vœux une mise en commun des études et réflexions entre la CUB, le département et la Région afin de penser les transports en commun à l’échelle supérieur, celle qu’exige la vie de centaines de milliers de citoyens et travailleurs girondins.

Une réflexion sur « Transports: c’est le réseau ferré qu’il faut doper ! »

  1. Bonjour,
    Ça me va mieux que la version parue dans les Nouvelles où il est écrit que « (Max G.) a rappelé l’insistance de son groupe en terme d’ambition et de moyens concernant le grand projet ferroviaire du sud ouest (GPSO) ».
    Ce qui me paraît particulièrement absurde si l’on considère contre-productif comme moi la réforme territoriale, la métropolisation et la mise en concurrence des territoires que la GPSO va contribuer à accélérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *