Une banque publique pour sauver le Crédit immobilier

Le conseil de CUB du 12 octobre a adopté à l’unanimité une motion sur l’avenir du Crédit Immobilier de France (C.I.F). Un texte que le groupe communiste a globalement approuvé. En son nom, Max Guichard a cependant précisé que sortir cette institution utile de la crise qu’elle traverse nécessiterait de sortir véritablement des logiques dans lesquelles nous enferment les marchés financiers. 

Credit immobilier de France (CIF)

Le Crédit Immobilier de France (C.I.F) a comme activité principale le prêt immobilier à destination des ménages modestes, ne disposant quasiment pas d’apports personnels, exclus des prêts bancaires « classiques ». Principal financeur de l’accession sociale et de la primo-accession, le CIF n’exige pas de domiciliation bancaire de ses emprunteurs.

Après la dégradation de sa note par l’agence de notation Moody’s fin août 2012, le

CIF s’est retrouvé dans l’impossibilité d’obtenir des liquidités sur les marchés. Menacé de faillite, il a bénéficié de la garantie de l’Etat, obtenue en contrepartie d’un engagement d’extinction progressive de son activité. Les élus de la Communauté Urbaine de Bordeaux s’inquiètent justement de la disparition du Crédit Immobilier de France.

Une telle issue menacerait de perte d’emplois les salariés de l’établissement financier et en particulier les 93 personnes employées en Gironde. Elle serait également destructrice pour les politiques locales de l’habitat, contraignant de nombreux ménages à renoncer à l’accession à la propriété pour solliciter un marché pour solliciter un marché locatif déjà en difficulté.

En outre, nous pouvons craindre une incidence sur la construction de logements et donc sur l’emploi dans le secteur du bâtiment et les recettes fiscales des collectivités territoriales.

Enfin, la disparition du CIF affaiblirait les sociétés anonymes coopératives d’intérêt collectif pour l’accession à la propriété (SACICAP) qu’elle soutient et dont la mission consiste à réhabiliter le parc privé des propriétaires modestes.

Les élus communautaires demandent au gouvernement d’étudier la création d’une Banque Publique pour le Logement qui reprendrait les activités du Crédit Immobilier de France ainsi que ses salariés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *